BFM Business

Les 4 nouvelles qui prouvent que la France va vraiment mieux

Plusieurs informations tombées ces derniers jours sont la preuve concrète que le climat des affaires s'améliore en France.

Plusieurs informations tombées ces derniers jours sont la preuve concrète que le climat des affaires s'améliore en France. - Vincent Brassinne - Flickr - CC

L'amélioration de la conjoncture économique en France est palpable. Quatre informations tombées ces derniers jours l'attestent formellement.

La croissance économique française n'enregistre que des bonnes nouvelles. Quatre informations, tombées coup sur coup ces derniers jours, attestent d'une embellie dans le ciel économique de l'Hexagone. Quatre preuves concrètes que la reprise n'est pas un mythe.

1. Le retour du crédit signale le retour de la confiance

Le crédit aux entreprises est le meilleur indicateur, le chiffre le plus important. En ce début d'année, il donne les premiers signes d'un véritable redémarrage. Selon les données de la Banque de France, publiées ce lundi, il a réalisé une très belle progression de 2,5% en janvier et février. Les banques remarquent une nette reprise de la demande d'investissement des PME. Ce qui signifie que la production va repartir, les stocks vont baisser et l'investissement va embrayer. Et d'ici un an et demi, c'est le chômage qui baissera.

2. Les défaillances d'entreprises se stabilisent

Selon la Banque de France toujours, le nombre d'entreprises défaillantes cumulé à fin janvier 2015 est de 62.709, d'après les chiffres publiés vendredi. Soit le même niveau qu'en janvier 2014, qu'il s'agisse des PME ou des entreprises de plus grande taille. Le nombre d'entreprises qui vont devant la justice pour des procédures judiciaires a cessé de croître, du jamais-vu depuis le début de la crise. La BdF s'attendait pourtant à une hausse de 0,3%.

3. Le Rafale va sauver le budget de la défense

Le nouveau contrat de l'avion de combat de Dassault avec l'Inde arrive au bon moment pour Bercy et pour le budget de la défense. Ce contrat de vente permet de valider la loi de programmation militaire 2014-2019. Cette loi prévoyait l'exportation de 40 Rafales. Or avec 24 chasseurs vendus à l’Égypte et 36 à l'Inde, on dépasse allègrement ce seuil.

Certes, le contrat est bien moins important qu'attendu. Les négociations, entamées en 2012, portaient initialement sur la vente de 126 avions de chasse français. Mais ce contrat a minima a été noué dans l'urgence. Plusieurs raisons à cela, au premier rang desquelles une urgence militaire très forte en Inde face au Pakistan. En outre, le Premier ministre indien Narendra Modi s'est engagé auprès de ses armées à renouveler leur matériel obsolète. Enfin, la baisse de l'euro rend le Rafale beaucoup moins cher.

4. En 2014, les recettes de l'ISF ont été excellentes

L'année passée, le patrimoine des Français les plus riches a permis à l’État de récupérer 5,2 milliards d'euros au titre de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Ce chiffre officieux devrait être confirmé mercredi par Michel Sapin, le ministre des Finances. C'est un record absolu, obtenu grâce aux versements des repentis fiscaux. Une jolie somme, mais qui a déjà été dépensée l'an dernier.

Nicolas Doze, édité par N.G.