BFM Business

Le taux du livret A reste inchangé

Christian Noyer n'est pas favorable au doublement du plafond du livret A.

Christian Noyer n'est pas favorable au doublement du plafond du livret A. - -

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a décidé ce 12 juillet de maintenir le taux du livret A à 2,25%. Cette annonce intervient alors que la Cour des comptes critique le doublement de son plafond, une promesse du président de la République.

Ce 12 juillet, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a décidé de maintenir le taux du livret A à 2,25%. Il ne changera donc pas au 1er août, date de la prochaine révision.

Le mode d’ajustement du rendement du livret A est prévu par la loi. Il doit être calculé en intégrant à la fois les taux des prêts entre banques (marché interbancaire) et l’inflation, ou en ne retenant que la seule inflation. La solution offrant le meilleur taux doit être retenue.

Actuellement, les taux des prêts entre banques sont à leurs plus bas niveaux historiques. C’est donc l’utilisation du seul chiffre de l’inflation qui a été choisi pour calculer le rendement du livret A.

Le doublement du plafond sous le feu des critiques

L’annonce de Christian Noyer intervient sur fond de polémique autour de la réforme du livret A. Mercredi 11 juillet, le gouverneur de la Banque de France s’est d'ailleurs fermement opposé à la promesse de campagne de François Hollande de doubler le plafond du livret A, en le faisant passer de 15 300 à 30 600 euros. Il souhaitait ainsi financer le logement social, via la Caisse des dépôts, qui gère l'essentiel des encours du livret A.

Coïncidence: un rapport de la Cour des comptes présenté ce jeudi incite également le gouvernement à la prudence sur le sujet. En effet, il recommande d’étaler la mesure sur plusieurs années, de la coupler à un changement du calcul du taux de rémunération, et de soumettre les dépôts supplémentaires aux prélèvements sociaux.

Face aux critiques, la promesse pourrait-elle être abandonnée par le gouvernement? En tout cas, le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a laissé entendre, mercredi, que la réforme du livret A serait mise en place "au rythme des besoins" pour ne pas "déstabiliser les acteurs concernés".

Arthur de Laborde