BFM Business

Le pacte de responsabilité tiendra aussi compte de la compétitivité

L'entourage de François Hollande assure que les baisses de charges seront visibles sur les fiches de paie.

L'entourage de François Hollande assure que les baisses de charges seront visibles sur les fiches de paie. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les allègements de charges contenus dans le pacte de responsabilité cibleront, pour une partie, les bas salaires, et pour une autre les plus hauts. Le but pour l'Elysée est de ne pas défavoriser la compétitivité au profit de l'emploi.

A l'occasion d'un discours prononcé devant 100 jeunes bénéficiaires d'un emploi d'avenir invités à l'Elysée, François Hollande a salué, ce mardi 11 mars, le compromis trouvé la semaine dernière entre trois syndicats et le patronat autour du pacte de responsabilité.

Il a également donné quelques précisions sur la ventilation des 30 milliards d'euros d'allègement de charges à venir. François Hollande veut d'abord préserver tel quel le CICE (Crédit impôt compétitivité pour l'emploi) jusqu'en 2017, dans un souci de stabilité.

Ce sont donc 20 milliards d'euros d'allègements déjà connus qui sont reconduits dans le pacte. L'Elysée indique que cette piste n'était pas forcément privilégiée au départ. Mais elle est quand même retenue, pour répondre à une demande des partenaires sociaux.

Une partie dévolue au plus hauts salaires

Il reste donc 10 milliards d'euros qui, selon l'entourage du chef de l'Etat, seront "des allègements de cotisations sociales pures", visibles pour l'employeur et pour l'employé sur la fiche de paie.

Une bonne partie de ces baisses de charges ciblera des bas revenus et ce afin de stimuler l'emploi. Une autre partie, de plusieurs milliards d'euros, ciblera, elle, les entreprises plus fortement exposées à la compétition mondiale.

François Hollande ne tranche donc pas pour un seul scénario. Il prendra en compte les deux leviers: l'emploi, et la compétitivité, pour ventiler les 10 milliards d'euros d'allègements dont les arbitrages précis seront rendus avant la fin du mois.

Mathieu Jolivet