BFM Business

La Cour des comptes voit le déficit public proche des 4% en 2014

Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes.

Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes. - -

Les Sages de la rue Cambon ont livré leur rapport sur la trajectoire des finances publiques, ce mardi 17 juin. Ils s'inquiètent du dérapage du déficit et estiment qu'une partie des économies voulues par le gouvernement est incertaine.

Une fois de plus, la Cour des comptes remet en cause les prévisions du gouvernement. L'institution a publié, ce mardi 17 juin, son rapport sur "la situation des finances publiques pour les années 2015-2017".

Selon les Sages de la rue Cambon, le déficit public pourrait déraper et atteindre 4% cette année, soit un chiffre bien supérieur à la prévision du gouvernement, qui table sur 3,8%.

"Au total et dans la limite des informations dont dispose la Cour, le déficit public pourrait être proche de 4% du produit intérieur brut en 2014, voire légèrement supérieur à ce chiffre si la prévision de croissance économique du gouvernement ne se réalisait pas [1% de croissance pour 2014, ndlr]", estiment les Sages.

Si le déficit public venait effectivement à déraper,"la trajectoire des finances publiques pour les années 2015-2017 s'en trouverait fragilisée", assure la Cour.

30 milliards d'euros d'économies "peu documentées"

La Cour des comptes pointe également du doigt les 50 milliards d'euros d'économies voulues par le gouvernement. Sur ce montant, l'institution estime que 30 milliards d'euros d'économies sont "encore peu documentées voire pour certaines incertaines car elles devront être réalisées par des administrations publiques dont l'Etat ne maîtrise pas les dépenses".

Elle cite les régimes complémentaires d'assurance vieillesse, l'Unedic et surtout les collectivités locales censées réaliser 11 milliards d'économies d'ici 2017.

 "L'hypothèse d'une répercussion immédiate et intégrale de la baisse des concours de l'Etat sur la dépense publique locale est très fragile, d'autant qu'aucune mesure n'a été prise pour réduire les marges d'ajustement des collectivités en matière de fiscalité et d'endettement", expliquent les Sages.

Un risque de 2 à 3 milliards d'euros sur les recettes de finances publiques

La Cour des comptes estime que le gouvernement, qui a révisé à la baisse ses prévisions de recettes dans son collectif budgétaire, voit encore trop grand et anticipe "un risque supplémentaire de 2 à 3 milliards d'euros".

Dans différents rapports thématiques, la Cour des comptes livre différentes préconisations afin de dégager des économies. Parmi elles, la réduction de la masse salariale publique par une diminution des effectifs ou un allongement de la durée du temps de travail des fonctionnaires par exemple.

Elle répète aussi sa certitude qu'un recours plus général à la chirurgie ambulatoire permettrait de réaliser jusqu'à 5 milliards d'euros d'économies de la santé, ou que les collectivités pourraient dépenser moins en réformant leur méthode d'achats publics.

J.M. avec AFP