BFM Business

Fusion Agirc-Arcco: la CFE-CGC prédit un "tsunami social"

Carole Couvert, la présidente de la CFE-CGC, était l'invitée de BFM Business ce mardi 19 mai.

Carole Couvert, la présidente de la CFE-CGC, était l'invitée de BFM Business ce mardi 19 mai. - BFM Business

Carole Couvert, la présidente du syndicat des cadres, a défendu son combat contre la fusion des caisses de retraites complémentaires au micro de BFM Business. Jusqu’à en perdre sa cravate…

A quelques jours de la reprise des négociations sur les retraites complémentaires, la CFE-CGC se mobilise. L’objectif : empêcher la fusion des deux caisses Arrco (qui concerne tous les salariés) et Agirc (qui concerne uniquement les cadres).

"Nous sommes contre la fusion de l’Agirc et l’Arrco au nom d’un principe de bon sens : ce n’est pas en fusionnant deux entités qui sont en déficit que l’on va créer des bénéfices. Cela ne règlerait donc pas le problème d’un financement pérenne des retraites complémentaires", a ainsi déclaré Carole Couvert, la présidente du syndicat des cadres, mardi 19 mai sur BFM Business.

"Aujourd'hui, l'Agirc est le seul marqueur des cadres"

Et alors que le Medef ou la Cour des comptes préconisent justement de fusionner les deux caisses, la dirigeante estime que "les organisations qui prônent cette fusion n’ont peut-être pas vu le tsunami social que cela entraînerait. Aujourd’hui, la retraite complémentaire des cadres (Agirc) est le seul marqueur des cadres. Supprimer l’Agirc, c’est commencer le détricotage du statut cadre".

"Cela peut également signifier la fin de l’agence pour l’emploi des cadres (Apec) qui rend service à un cadre sur trois en activité. Or, l’Agirc collecte la cotisation de l’Apec", a-t-elle poursuivi.

Pour mener son combat, la CFE-CGC a donc lancé une campagne incitant les cadres à protester contre la fusion en…coupant leur cravate. Et Carole couvert de joindre le geste à la parole :