BFM Business

Déficit commercial: la faiblesse des exportations françaises pèse

-

- - AFP

Le déficit commercial de la France s'est creusé au mois d'août mais reste stable sur un an à 53,7 milliards d'euros.

Après un mois de mai où il avait atteint un plus bas depuis décembre 2017 (à -3,28 milliards d’euros), le déficit commercial français s’est creusé les mois suivants, accentué par les conséquences des guerres commerciales qui pèsent mécaniquement sur nos exportations.

Au mois d'août, il s'est dégradé sur un mois à 5,02 milliards d'euros, soit 500 millions de plus qu'en juillet, ont indiqué mardi les douanes.

Pour autant, le déficit commercial cumulé sur les 12 derniers mois est resté "globalement stable" depuis le mois de mai à 53,7 milliards d'euros, soit une amélioration par rapport aux 58,6 milliards accumulés de septembre 2017 à août 2018, précise la Direction générale des douanes et droits indirects.

Hausse tendancielle des importations

Les douanes, qui communiquent sur "la moyenne mobile centrée sur trois mois", constatent toutefois que le solde commercial est "tendanciellement décroissant en 2019, alors qu'il s'était amélioré fin 2018".

Les importations françaises ont poursuivi en août "leur progression tendancielle" pour s'établir à 47,8 milliards d'euros (+0,8 milliard par rapport à juillet), soutenues depuis un an par des "approvisionnements" en matériel de transport et, plus récemment, "d'une relance des importations de produits pharmaceutiques".

De leur côté, les exportations ont "cessé de progresser en 2019", en dépit "d'un léger rebond en août" avec une hausse de 0,3 milliard pour atteindre un montant total de 42,8 milliards d'euros.

Le déficit des seuls produits manufacturés s'est creusé à 4,33 milliards d'euros en août contre 3,66 milliards en juillet.

Pour sa part, le solde des transactions courantes s'est dégradé en août avec un déficit de 2,5 milliards d'euros contre -0,3 milliard en juillet, en raison notamment d'une facture énergétique plus lourde que le mois précédent et d'un repli de l'excédent des services de 500 millions d'euros à 1,7 milliard, note la Banque de France.

Enfin, les investissements directs affichent en août un solde positif de 5,1 milliards d'euros.

Les prochains mois ne devraient pas être meilleurs. Si la France est moins exposée que l'Allemagne au niveau des exportations, le pays devrait comme tous les autres subir la baisse sensible du commerce mondial.

Selon l'OMC, le volume du commerce mondial des marchandises devrait croître de seulement 1,2% en 2019, contre une prévision de +2,6% faite en avril dernier. L’augmentation projetée pour 2020 est désormais de +2,7%, contre +3% précédemment.

OC avec AFP