BFM Business

Le déficit commercial se creuse à nouveau

-

- - Charly Triballeau - AFP

Après une amélioration en mai, le déficit a été alimenté en juin par une nette baisse des exportations. Sur six mois, le déficit reste néanmoins inférieur à celui de l’an passé.

L’embellie aura été de courte durée. Après un mois de mai où il avait atteint un plus bas depuis décembre 2017 (à -3,28 milliards d’euros), le déficit commercial français s’est creusé en juin, repassant la barre des 5 milliards d’euros (5,19 précisément).

Principale cause de ce creusement, la nette baisse des exportations « relativement généralisé » sur l'ensemble des secteurs, observent les Douanes. Elles se replient en effet de 4,9% à 41,9 milliards d'euros, alors qu'elles avaient bondi de 4,3% en mai.

Les importations ont parallèlement légèrement diminué pour atteindre un montant de 47,1 milliards, soit une baisse de 0,6% par rapport à mai.

Le déficit retrouve ainsi "un niveau plus habituel après le point haut de mai 2019", en raison notamment du repli des exportations militaires qui avaient atteint le mois précédent "leur plus haut niveau sur les 15 dernières années", poursuivent les douanes.

Le déficit des seuls produits manufacturés s'est nettement dégradé, s'établissant à 4,26 milliards d'euros en juin, contre 2,91 milliards le mois précédent. Les livraisons d'Airbus ont représenté 3,1 milliards d'euros (37 appareils) contre 3,3 milliards (37 appareils également) un mois plus tôt.

Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe s'est dégradé à 3,54 milliards d'euros (après 2,09 milliards en mai). Celui avec les autres pays de l'Union européenne n'a pas significativement varié en juin, à 3,26 milliards (contre 3,39 milliards en mai).

Exportations records au premier semestre

Avec la seule zone euro, il s'est inscrit à 3,58 milliards contre 3,64 milliards un mois plus tôt.

Pour autant, sur l'ensemble du premier semestre 2019, le déficit cumulé de la balance commerciale française en données corrigées de variations saisonnières et des jours ouvrés est en nette baisse à 26,9 milliards contre 32,1 milliards un an plus tôt.

« Grâce à des exportations plus dynamiques que les importations, notre déficit commercial au premier semestre 2019 se réduit considérablement sur un an », note le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué distinct.

Selon le Quai d'Orsay, sur la période janvier-juin, le déficit hors énergie et matériel militaire s'est réduit pour redescendre à son plus bas niveau depuis le second semestre 2015 (à 13,7 milliards d'euros).

Le premier semestre a également été marqué par des niveaux record pour les exportations des secteurs chimique et agroalimentaire, ainsi que par un plus haut niveau historique pour l'excédent français vis-à-vis de l’Amérique (à 4,4 milliards d'euros), notamment sous l'effet d'une hausse significative des exportations à destination du Canada au premier semestre (+8,2% à 1,9 milliard d'euros), est-il précisé dans le communiqué du ministère.

En cumul sur les 12 derniers mois, le déficit commercial est "quasiment stable" en juin et atteint 54 milliards d'euros, contre 59,2 milliards en 2018 et 58 milliards d'euros en 2017, ont souligné les douanes.

Dans un communiqué distinct, la Banque de France a fait état mercredi d'une amélioration du solde des transactions courantes au deuxième trimestre, la France ayant affiché sur la période un déficit de 2,0 milliards d'euros après avoir enregistré un déficit de 3,7 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en données.

la rédaction