BFM Business

Artisans, commerçants, buralistes : que peut lâcher le gouvernement aujourd'hui ?

Les buralistes contestent l'augmentation des prix du tabac

Les buralistes contestent l'augmentation des prix du tabac - -

Devant les artisans et commerçants réunis en congrès, ce jeudi 25 octobre, Jean-Marc Ayrault va devoir défendre les augmentations de charges les concernant. Tout comme Jérôme Cahuzac qui interviendra devant les buralistes mécontents de la hausse du tabac.

Journée à haut risque pour l'éxecutif. Face aux revendications de certaines catégories socio-professionnelle, le gouvernement va-t-il lâcher du lest et revenir sur des augmentations de prélèvements contenues dans le projet de budget de la sécurité sociale actuellement discuté à l'Assemblée ?

Ce jeudi matin, le Premier ministre intervient en effet devant les commerçants et artisans de l'UPA réunis en congrès. Or, le 1,2 million de travailleurs indépendants est très remonté contre l'augmentation des cotisations sociales contenues dans le PLFSS. Le texte prévoit le déplafonnement de leurs cotisations maladie (au delà de 15 000 euros) et supprime l'abattement de 10% pour frais professionnels des gérants majoritaires.

Les indépendants attendent donc un geste du Premier ministre. Mais le gouvernement espère tirer 1,1 milliard d'euros de ces mesures, dont 400 millions pour le seul abattement pour frais professionnels. Si Jean-Marc Ayrault fait un geste, il faudra donc trouver les recettes correspondantes auprès d'autres catégories...

Après les brasseurs, les buralistes ?

A la mi-journée, c'est au tour de Jérôme Cahuzac d'être en première ligne. Le ministre délégué au Budget intervient devant le congrès des buralistes. Ceux-ci sont remontés contre la nouvelle augmentation du prix du tabac inscrite au PLFSS. Le gouvernement prévoit, en effet, d'aligner les taxes sur le tabac à rouler sur celles des autres produits. Gain espéré par l'Etat : 125 millions en 2013 et 250 millions ensuite.

Les buralistes s'estiment victimes de cette mesure intervenant après plusieurs augmentations des prix. Ils vont donc réclamer au ministre des compensations financières, ce qu'ils avaient obtenu sous d'autres gouvernements.

Ils peuvent rappeler que les brasseurs viennent, eux, d'obtenir des concessions. Les députés ont, en effet, assoupli, mardi, la taxe sur la bière pour les petites brasseries.

Patrick Coquidé