BFM Business

Allègement de charges: "Dans la réalité, il y a des petits coups de canifs", selon le patron du Medef

Le gouvernement avait promis aux entreprises de baisser leur fiscalité. Sauf que, dans les faits, pour le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, ce n'est pas si simple.

Invité dans l'émission Good Morning Business ce jeudi 29 août sur BFM Business, le président du Medef a fait part de son sentiment quant aux annonces faites la veille par le ministre de l'Economie en ce qui concerne la stabilité fiscale à laquelle devraient avoir droit les entreprises d'ici 2022. Si les annonces en question semblent bienvenues pour les entrepreneurs, la question de savoir si elles sont dans les faits réalisables demeure.

"On a reçu le message. Mais on s'aperçoit quand même que, dans la réalité, il y a des petits coups de canifs. On n'augmente pas les impôts, mais on ne respecte pas la trajectoire qui était prévue. L'IS (impôt sur les sociétés, NDLR) devait baisser plus vite. Or, il y a eu un ralentissement de la courbe. Bruno Le Maire a réaffirmé que l'impôt sur les sociétés serait abaissé à 25% pour toutes les entreprises en 2022. Le problème aujourd'hui c'est que l'impasse budgétaire nous laisse craindre que cela soit difficile à tenir", juge Geoffroy Roux de Bézieux.

Quid des niches fiscales?

Certes, la patron des patrons conçoit que cette annonce du ministre de l'Economie fasse figure de "bonne nouvelle". Pour autant, il tient à le rappeler: 'Il ne faut pas se tromper. On nous menaçait de remonter le coût du travail. Finalement, ils ne l'ont pas fait. On ne va pas sauter de joie non plus".

"Il y a un coup de rabot sur un certain nombre de niches fiscales. A chaque fois, on nous fait un peu le fond des poches", dénonce par ailleurs le président du Medef. "Ce sont des coups de 100 à 150 millions d'euros. Ce n'est pas beaucoup à l'échelle du pays", reconnaît -il néanmoins. 

J.C-H