BFM Business

EXCLUSIF - Les Français veulent la réforme des retraites

Plus de 200 000 personnes ont participé à la consultation publique

Plus de 200 000 personnes ont participé à la consultation publique - capture d'écran

La réforme est jugée « indispensable », au nom de la justice entre les salariés.

Les Français veulent le maintien de la réforme dans les délais prévus, au nom de la justice entre les salariés. Si la réforme des retraites reste un chantier considérable, Emmanuel Macron sait maintenant qu’elle est attendue avec impatience. 34% des Français et 40% des décideurs sondés par Viavoice pour BFMbusiness, HEC et Le Figaro veulent qu’elle soit votée comme prévu en 2019, 27% des décideurs et 22% des Français préféreraient un report en 2020, mais la proportion de ceux qui veulent une annulation pure et simple représente à peine un quart de la population.

La réforme est jugée très largement « indispensable, pour pouvoir continuer à financer les pensions de retraite à l’avenir sans créer des déficits » (64% des décideurs, 55% des Français) et, surtout, elle doit se faire au nom de l’égalité, puisque les deux tiers des Français sont favorables à la suppression de l’ensemble des régimes spéciaux. En revanche, pas question de toucher à l’âge de départ, ces mêmes deux tiers des Français sont pour le maintien de l’âge minimum à 62 ans.

-
- © -

Des pensions en baisse

Ce qui est intéressant, c’est que ce choix de privilégier l’âge de départ semble fait en toute connaissance des conséquences : des pensions qui risquent de baisser. 63% des salariés du public, 54% des salariés du privé et 59% des indépendants pensent que le niveau des pensions baissera.

Et les Français sondés par Viavoice en tirent donc la conclusion qu’il faut sans doute faire évoluer notre système par répartition vers un système mixte, en y injectant de la capitalisation, c’est-à-dire « cotiser pour soi-même en mettant de côté de l’argent qui est épargné en vue de la retraite » selon l’intitulé exact de la question posée par Viavoice, le score est même écrasant en réponse à la question suivante : « à l’issue de cette réforme pensez-vous que chaque actif devra épargner de son côté pour compléter sa future pension », 90% des décideurs et 82% du grand public répond « oui, plutôt »

-
- © -
-
- © -

.

Au nom de la justice

Mais c’est sans doute le prix à payer pour un système plus juste. Les Français sont majoritairement favorables à la mise en place d’un système par point « où chaque euro cotisé tout au long de sa vie professionnelle donne droit à un nombre de point permettant de calculer le niveau de pension au moment de la retraite, la valeur du point est la même quelle que soit le statut (salarié du privé, du public ou indépendant) »

« A priori, tout porte à croire que la réforme des retraites est un chantier à haut risque pour le Président de la République et le gouvernement » commente François Miquet Marty, le président de l’Institut Viavoice. D’abord en raison de la nature de la réforme en elle-même : en choisissant de créer un « système universel de retraites », et donc d’aligner les droits de l’ensemble des actifs (salariés ou indépendants, du public ou du privé, actuellement rattachés au régime général ou à des régimes spéciaux), cette réforme touchera une large majorité de Français.

Ensuite en raison du contexte social : alors que les principales réformes du système de retraites ont souvent mobilisé un grand nombre de manifestants (plan Juppé de 1995, réforme Fillon de 2003, réforme Woerth de 2010…), la crise politique et sociale ouverte par le mouvement des « gilets jaunes » ajoute un risque supplémentaire pour l’exécutif : celui d’une possible « convergence des luttes » entre les gilets jaunes et les opposants à une nouvelle réforme des retraites, au premier rang desquels les syndicats et les salariés du secteur public.

Pour autant, en dépit de ce contexte « explosif », les Français apparaissent a priori plutôt favorables aux grandes orientations de la réforme des retraites, telle qu’elle est aujourd'hui envisagée par le gouvernement », une incitation, sans doute, à aller de l’avant