BFM Business

Ecarts de taux en zone euro : un "risque" pour l'Allemagne

Mario Monti avertit l'Allemagne sur le risque inflationniste des spreads élevés

Mario Monti avertit l'Allemagne sur le risque inflationniste des spreads élevés - -

Le chef du gouvernement italien Mario Monti a affirmé ce 29 août que les différences de taux d’intérêts entre les pays de la zone euro représentent un "risque", même "pour les pays qui semblent en bénéficier".

A quelques heures de la rencontre entre les chefs de gouvernement italien et allemand, Mario Monti a adressé un message à Berlin ce mercredi. Il estime que les spreads, c’est-à-dire l’écart entre les taux d’emprunt des pays de la zone euro, constituent "un sérieux problème" pour l'Italie, mais aussi un "risque pour les pays qui semblent en bénéficier".

Les pays du sud de l’Europe, comme l’Espagne et l’Italie, ont vu leur taux de financement flamber ces derniers mois. Un handicap important pour l’Etat, mais aussi pour les entreprises de ces pays, qui pâtissent elles aussi de coûts d’emprunt très élevés.

Un risque inflationniste pour le bon élève de la zone euro

A l’autre bout du spectre, l’Allemagne notamment, se finance à des taux très faibles, voire négatifs. Or pour Mario Monti, ce déséquilibre fait peser un risque "inflationniste" sur le bon élève de la zone euro, "qui ne correspond ni aux désirs de la BCE ni à ceux du gouvernement allemand".

Le raisonnement du président du conseil italien est ainsi que, moins l’argent est cher, plus l’incitation à consommer est grande. Les Allemands prendraient ainsi des habitudes qui pourraient devenir dangereuses si les taux d’emprunts allemands augmentaient à nouveau.

Dans ces conditions, "empêcher la BCE, comme le voudrait la Bundesbank, d'intervenir sur le marché des titres d'Etat pour modérer ces déséquilibres, prévient Mario Monti, pourrait se révéler, en particulier du point de vue allemand, un but contre son propre camp".

Nina Godart et AFP