BFM Business

Dossier Alstom: Hollande ne veut pas effrayer les patrons étrangers

François Hollande mise aussi sur l'attractivité de la France

François Hollande mise aussi sur l'attractivité de la France - -

L'Elysée reste à la manoeuvre dans le dossier Alstom. Mais François Hollande marche sur des oeufs. Car en intervenant dans un tel deal industriel, le chef de l'Etat risque d'effrayer les investisseurs étrangers alors qu'il veut les séduire.

"L'Etat a son mot à dire " dans le dossier Alstom, a affirmé, hier lundi 28 avril François Hollande. Mais gare à ne pas écorner l'image de la France. Car à l'Elysée, on rode depuis longtemps un discours auprés des investisseurs etrangers. Un travail qui commence à porter ses fruits.

"Indiscutablement, ça bouge", nous disaient encore début février les patrons france de HP et Siemens, qui sortaient réjouis de l'Elysée. Sur le plan pschologique, les investisseurs etrangers se disent plutôt rassurés. C'est en tout cas ce qui ressortait du Conseil de l'Attractivité, qui a réunis une quarantaine de PDG de multinationales à l'Elysée il y a moins de 3 mois.

Pour les milieux d'affaires, il y a donc clairement un avant, et un aprés 31 decembre et l'annonce du pacte de responsabilité.

Séquence attractivité

Mais François Hollande n'a pas non plus attendu ce récent virage d'une politique de l'offre assumée pour vendre la France aux grands patrons étrangers. A chaque déplacement international, il les rencontre à huis clos, et leur donne des garanties sur l'environnement des affaires en France.

Ces investissements étrangers sont un enjeu clé de la compétivité de la France. D'où la prudence de l'Elysée, dans l'action et dans le choix des mots, à travers l' épisode Alstom qui pourrait brouiller cette sequence attractivité.

Mathieu Jolivet