BFM Business

Déficit: Sapin promet des décisions "dures et courageuses"

Wolfgang Schäuble ( à gauche) et Michel Sapin ( à droite) ce lundi 7 avril.

Wolfgang Schäuble ( à gauche) et Michel Sapin ( à droite) ce lundi 7 avril. - -

Le ministre des Finances a, lors d'une conférence avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, ce lundi 7 avril, déclaré que la France tiendra ses engagements budgétaires tout en soulignant que c'est bien la croissance qui permettra la sortie de crise.

Michel Sapin souffle le chaud et le froid sur la discipline budgétaire. Ce lundi 7 avril, le ministre des Finances a déclaré, à l'occasion d'une conférence de presse commune avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, avoir affirmé à Berlin que la France tiendra ses engagements budgétaires, mais que c'est bien la croissance qui permettra la sortie de crise.

S'il a promis "des décisions dures et courageuses" sur le déficit, il a bien souligné, dans la foulée, que la France discutera avec la Commission européenne de l'équilibre entre la croissance et l'économie.

Ses propos semblent avoir convaincu au moins une personne: Wolfgang Schäuble. Ce dernier a, en effet, déclaré que "la France a conscience de ses responsabilités".

Paris face à l'Europe

La semaine dernière Michel Sapin avait laissé entendre que la France allait entrer en discussion avec la Commission européenne pour négocier un nouveau délai afin de ramener son déficit sous la barre des 3% du PIB.

Une intention qui a été fermement condamnée par bon nombre de dirigeants, dont l'ancien et actuel chef de file de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker et Jeroen Dijsselbloem, le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, ou encore le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn.

Une première étape pour la taxe sur les transactions financières

Par ailleurs, les deux ministres de Finances ont réaffirmé leur volonté commune de mettre en place une "première étape" de la taxe sur les transactions financières.

Parlant de la "nécessité" de créer cette taxe, Michel Sapin a plaidé pour "mettre en oeuvre un premier paquet de mesures" avant les Européennes puis "une deuxième tranche", conformément à une promesse du président français François Hollande et de la chancelière allemande Angela Merkel, formulée en février.

J.M. avec Reuters