BFM Business

Croissance: la France va-t-elle faire mieux que l'Allemagne?

La croissance allemande serait de 1,5% en 2017 celle de la France de 1,9% selon Citigroup.

La croissance allemande serait de 1,5% en 2017 celle de la France de 1,9% selon Citigroup. - -

Dans un rapport publié le 31 octobre dernier, les analystes de la banque Citigroup estiment que la France va connaître une reprise lente de sa croissance. Mais en 2017, l'Hexagone repasserait devant Berlin, avec 1,9% de hausse du PIB contre 1,5% pour l'Allemagne.

Voilà un scénario qui aurait de quoi décrocher un sourire à l'exécutif. Dans cinq ans, la croissance française sera plus forte que celle de l'Allemagne.

C'est en tout cas l'hypothèse que formulent les économistes de la banque Citigroup. Cette dernière a publié, le 31 octobre dernier, ses "perspectives globales et stratégiques de l'économie mondiale". Comme le rapporte Business Insider, ce document montre que la France va connaître une croissance somme toute modeste.

Citigroup table ainsi sur 0,8% en 2014, 0,9% en 2015, 1,4% en 2016 et 1,9% en 2017.Guillaume Menuet, économiste zone euro de la banque, explique notamment que "s'il y avait davantage de confiance dans la capacité du gouvernement à créer de la croissance et de l'emploi" la demande pourrait rebondir. "Mais pour le moment la popularité du gouvernement a atteint un plus bas record", poursuit-il.

Faible demande interne allemande

Sauf que d'ici à 2017, Paris fera mieux que Berlin. Pour l'Allemagne, Citigroup retient, en effet, une croissance de 1,9% en 2014, 1,7% en 2015 et 2016 et 1,5% en 2017. Autrement dit, la croissance allemande va ralentir après 2014. La raison selon Citigroup: une grande coalition va arriver au pouvoir à Berlin. Or les économistes de la banque s'attendent à ce que ce gouvernement prenne des mesures qui ne soutiendront que modestement la demande intérieure.

Il faut remonter en 2009 pour voir la France faire "mieux" que l'Allemagne. A cette date, la récession avait plus durement frapper Berlin, avec une baisse du PIB de plus de -5%. La France avait, elle, limité la casse avec -3,1%. On se souvient également de l'année 2004 (2,5% pour la France, -1,2% pour l'Allemagne) ou encore de la seconde partie des années 90 où la croissance allemande marquait le pas.

J.M.