BFM Business

L'Insee voit "une nette accélération" de la croissance

L'investissement des entreprises devrait notamment enrayer sa chute à la fin de l'année.

L'investissement des entreprises devrait notamment enrayer sa chute à la fin de l'année. - -

Dans sa note de conjoncture, publiée jeudi 3 octobre, l'institut estime que le rebond de la croissance va se confirmer pour atteindre 0,2% sur l'ensemble de l'année, un chiffre supérieur à la prévision du gouvernement. Le chômage se stabilisera à défaut de chuter.

"L'éclaircie se confirme". Tel est le titre que l'Insee donne à sa note de conjoncture, publiée jeudi 3 octobre. Une formule qui répond à sa précédente note de juin dernier où l'institut voyait "une timide éclaircie".

L'Insee donne quelque peu raison à François Hollande qui, dès le 14 juillet, annonçait que "la reprise est là". Dans sa note, l'institut révise à la hausse sa prévision de croissance pour cette année, qui passe de -0,1% à +0,2%, soit 0,1% de plus que ce que prévoit le gouvernement. Mais ce rebond ne suffira pas à faire chuter le chômage qui atteindra 11% à la fin de l'année.

> Le rebond de la croissance va se confirmer

Après la forte croissance du deuxième trimestre (+0,5%), l'Insee prévoit une stabilisation au troisième (+0%) qu'il explique par "les contrecoups du trimestre précédent, dans les secteurs de l'énergie et des matériels de transport". Mais la croissance reviendra ensuite lors des trois derniers mois de l'année (+0,4%). Sur l'ensemble de 2013, elle atteindra 0,2%, alors que Bercy table sur +0,1%.

L'Insee précise que ce faible écart avec l'année 2012, où la croissance avait calé à 0%, "masque une nette accélération au cours de l'année 2013". A fin 2013, le glissement annuel du PIB atteindrait ainsi 0,8%, souligne-t-il.

> Le chômage va se stabiliser à défaut de fléchir

Si l'Insee donne raison au gouvernement sur la croissance, l'institut ne voit pas pour autant la courbe du chômage s'inverser avant la fin de l'année. Le taux de chômage progressera ainsi de 0,1% pour atteindre 11% au troisième trimestre.

La bonne nouvelle est qu'ensuite, ce niveau se stabilisera au dernier trimestre de l'année. De plus l'économie génèrerait à nouveau de l'emploi, avec 10.000 puis 28.000 créations nettes, respectivement au troisième et quatrième trimestre.

L'Insee précise toutefois que ces créations seront surtout à mettre au compte de la montée en puissance des "emplois d'avenir", c'est à dire subventionnés par l'Etat.

> L'investissement arrêtera de chuter

C'est clairement l'une des meilleures nouvelles apportées par l'Insee. "Le recul de l'investissement s'estomperait d'ici à la fin de l'année, après deux années de baisse", écrivent les auteurs de la note de conjoncture.

L'investissement des entreprises, après avoir une nouvelle fois stagné au troisième trimestre, connaîtra une première éclaircie sur les quatre derniers mois de l'année à +0,3%. Par ailleurs, l'Insee estime que les marges des entreprises se redresseront à 28,7%, contre 28,3% en 2012.

> La consommation en hausse

Alors qu'en juin, l'Insee voyait encore une baisse de la consommation des ménages pour 2013 (-0,1%), elle table désormais sur une hausse de ce poste, de 0,4%.

La consommation progresserait de 0,1% puis 0,3% au troisième et quatrième trimestre. Une bonne trajectoire que l'Insee explique par un léger soutien du déblocage de l'épargne salariale ainsi que pas des achats anticipés de voitures, avant le durcissement du malus écologique, au 1er janvier 2014.

> Le pouvoir d'achat dans le vert

Après avoir connue une chute historique en 2012 -la première depuis 1984 ! (de 0,9%), le pouvoir d'achat va progresser de 0,5% cette année. L'Insee a revu à la hausse cette dernière estimation. Il tablait auparavant sur +0,2%.

Julien Marion