BFM Business

Croissance: la France distancée par presque tous ses voisins

La Commission européenne a revu à la hausse plusieurs de ses prévisions

La Commission européenne a revu à la hausse plusieurs de ses prévisions - -

A l'exception de l'Italie, les voisins de l'Hexagone vont connaître des croissances supérieures à 1% en 2014 et 1,5% en 2015, selon les prévisions de la Commission européenne, publiées ce lundi 5 mai.

Le gouvernement français a eu beau jeu de souligner qu'en 2013, la France faisait mieux que la zone euro avec une croissance de 0,3% contre une récession de -0,3% dans l'ensemble de la zone. Si l'on en croît les prévisions économiques publiées ce lundi 5 mai par la Commission de Bruxelles, elle ne pourra clairement pas en dire autant pour les deux années à venir.

La zone euro, dans son ensemble devrait ainsi connaître une croissance de 1,2% en 2014 et de 1,7% en 2015, contre 1% et 1,5% pour la France. Le "retournement économique" vu par François Hollande resterait ainsi bien modeste.

Globalement dans l'ensemble de la zone euro, les voisins de l'Hexagone font mieux que lui, l'Italie mis à part. Le Royaume-Uni, lui, caracole en tête, si l'on en croit ces prévisions.

> L'heureux Royaume-Uni

Le ministre de l'Economie britannique a beau prévoir "encore trois années difficiles", la croissance continue d'accélérer. La Commission européenne a ainsi revu à la hausse ses prévisions, tablant désormais sur 2,7% pour 2014 et 2,5% en 2015.

Bruxelles voit également le déficit se réduire un peu plus à 5,2% en 2014 et 4,1% en 2015. En outre, le chômage va encore reculer à 6,6% cette année puis 6,3% l'année suivante.

> La vertueuse Allemagne

Statu quo pour l'Allemagne. La Commission a ainsi maintenu la quasi-totalité de ses prévisions économiques pour le pays, crédibilisant un peu plus les projections économiques du gouvernement d'Angela Merkel.

Berlin et Bruxelles sont ainsi en parfaite harmonie sur la croissance, tablant sur 1,8% en 2014 puis 2% en 2015. Concernant le déficit, Bruxelles voit les finances publiques allemandes à l'équilibre (0% en 2014 et 0,1% en 2015). Le chômage devrait encore diminuer pour atteindre 5,1% tant sur 2014 que sur 2015, selon les projections bruxelloises.

> La studieuse Espagne

Du mieux pour Madrid. La Commission a relevé ses prévisions économiques: la croissance va s'accélérer, atteignant 1,1% cette année puis 2,1% ce qui confirme que l'Espagne sort de la douloureuse récession qu'elle a connue.

Le déficit devrait toutefois rester élevé à 5,6% du PIB en 2014 et 6,1% en 2015. Et le taux de chômage ne diminuera qu'un petit peu, passant de 26,4% en 2013 à 24% en 2015.

> La rigoureuse Belgique

Croissance et discipline budgétaire seront au rendez-vous dans le pays d'outre-Quiévrain. Le PIB devrait ainsi augmenter de 1,4% cette année puis 1,6% l'an prochain, alors que le déficit restera en-dessous des 3%, à 2,6% en 2014 et 2,8% en 2015.

> La peu vigoureuse Italie

Le pays peine à retrouver la croissance. Selon Bruxelles, le PIB ne va gagner que 0,6% cette année et 1,2% l'an prochain. La Commission européenne décerne toutefois un satisfecit à Rome en maintenant ses précédentes prévisions sur le déficit, qui devrait s'élever à 2,6% puis 2,2% du PIB, en 2014 et en 2015.

Julien Marion