BFM Business

Contraception gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans: qu'est-ce qui est remboursé?

La contraception sera gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans à partir du 1er janvier 2022. Mais tous les moyens contraceptifs ne seront pas remboursés.

Une bonne nouvelle pour les jeunes Françaises: le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que la contraception serait bientôt gratuite pour toutes les femmes jusqu'à 25 ans. Ce dispositif, qui coûtera 21 millions d'euros par an, viendra soutenir les jeunes femmes qui renoncent à la contraception pour des raisons financières. Attention néanmoins: cette gratuité ne concernera pas tous les moyens contraceptifs féminins.

Qui est concerné et à partir de quand ?

La contraception sera gratuite pour toutes les femmes jusqu'à l'âge de 25 ans qui souhaitent y avoir recours à partir du 1er janvier 2022. Trois millions de femmes sont potentiellement concernées.

La gratuité de la contraception avait été accordée en 2013 aux jeunes filles de 15 ans à 18 ans puis étendue aux moins de 15 ans en 2020.

Qu'est-ce qui est remboursé ?

L'extension de la gratuité aux femmes de 18 à 25 ans s'appliquera à tous les moyens de contraception qui sont déjà remboursés pour les mineures. Seront remboursés par l'Assurance maladie "à 100% et en tiers-payant" les pilules de première et deuxième génération, les implants hormonaux, les dispositifs intra-utérins (c'est-à-dire stérilets hormonaux ou en cuivre) et les diaphragmes. La contraception d'urgence hormonale - la "pilule du lendemain" plus couramment - sera aussi prise en charge.

Par ailleurs, l'Assurance maladie prendra aussi en charge tous les soins liés à la contraception, c'est-à-dire les examens de biologie médicale nécessaires ainsi que les actes donnant lieu à la pose, au changement ou au retrait d'un contraceptif. Une consultation annuelle avec un médecin ou une sage-femme sera également remboursée.

… et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

Les pilules dites de troisième et quatrième génération, déremboursées depuis 2013, ne seront pas incluses dans ce nouveau dispositif, de même que les patchs, les capes cervicales et les anneaux vaginaux. Les spermicides et les préservatifs féminins, délivrés en pharmacie sans prescription médicale, ne seront pas non plus remboursés.

La contraception masculine, elle, ne sera pas concernée par cette nouvelle mesure. Deux marques de préservatifs masculins sont néanmoins pris en charge à hauteur de 60 % sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme, rappelle l'Assurance maladie. Une distribution gratuite est également effectuée dans les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF) et les centres de dépistage (CeGGID).

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV