BFM Business

Confusion à gauche autour des délocalisations de centres d'appels

Arnaud Montebourg rappelle à l'ordre Jean-Paul Huchon à propos de la délocalisation du centre d'appels du Stif.

Arnaud Montebourg rappelle à l'ordre Jean-Paul Huchon à propos de la délocalisation du centre d'appels du Stif. - -

Arnaud Montebourg demande à Jean-Paul Huchon de revenir sur sa décision de délocaliser au Maroc la plateforme téléphonique de l’autorité des transports franciliens. Cette annonce contrecarre les projets du gouvernement.

Polémique autour de la possible délocalisation d'un centre d'appels de la région Ile-de-France. Selon Le Parisien, le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) voudrait confier une partie de sa hotline au Maroc. Ce vendredi, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, n'a pas hésité à rappeler à l'ordre le socialiste Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, dont dépend directement le Stif.

"Nous nous battons pour relocaliser les emplois, ce n'est pas pour accepter qu'on les délocalise", déclare-t-il ce matin. 80 emplois sur deux centres d’appels seraient concernés en France. Les postes menacés sont ceux des téléconseillers qui prennent en charge les coups de fil des bénéficiaires du RSA qui veulent avoir des renseignements sur les prix des abonnements.

Le code des marchés publics rendrait inévitable la délocalisation

Webhelp, la société française qui assurait jusqu'ici cette prestation, ne serait plus assez compétitive par rapport aux prix marocains, et la direction du Stif aurait décidé, au terme d'un appel d'offres, de délocaliser. Le Stif "n’a eu d’autre choix que d’attribuer le marché à ce prestataire, en raison du code des marchés publics", a répondu dans un courrier Jean-Paul Huchon à Arnaud Montebourg.

Cette décision fait mauvais genre, alors que le gouvernement socialiste a fait du rapatriement des centres d'appels l'un de ses chevaux de bataille. Arnaud Montebourg a notamment reçu les opérateurs télécoms pour trouver des solutions. Le ministre a affirmé, ce vendredi matin, qu'il avait demandé à Jean-Paul Huchon de "reconsidérer la décision, en remettant l'appel d'offres sur le métier".

Anthony Morel et BFMbusiness.com