BFM Business

Budget rectificatif: 40 milliards d'euros de plans de soutien pour les secteurs en difficulté

En plus du report du paiement de leurs charges sociales, le gouvernement a déjà accordé depuis le début de la crise des reports d'échéances fiscales.

En plus du report du paiement de leurs charges sociales, le gouvernement a déjà accordé depuis le début de la crise des reports d'échéances fiscales. - AFP

Le gouvernement a présenté son troisième projet de budget rectificatif qui officialise le soutien à certains secteurs en difficulté, ce qui entraîne une détérioration importante des finances publiques.

Avec de nouvelles mesures de soutien sectoriels pour les entreprises les plus touchées par les conséquences de la crise du coronavirus et l'aggravation de la récession, le gouvernement revoit pour la troisième fois son projet de budget pour 2020.

Le projet de loi de finances rectificatif prévoit désormais de mobiliser 40 milliards d'euros pour soutenir les secteurs en difficulté (aéronautique, tourisme, automobile et secteur technologique). Ces dépenses auront mécaniquement un impact important sur les finances publiques.

"L'important pour nous c'est la croissance, le retour de la croissance et ne pas perdre du capital humain ni du capital physique, par des faillites ou des licenciements", défend-t-on à Bercy.

Une dette à plus de 120% du PIB

Les recettes issues des prélèvements obligatoires (cotisations, TVA, impôt sur les sociétés, etc...) devraient elles encore fondre de 27 milliards par rapport à la prévision du précédent budget rectifié. Le déficit public va ainsi se creuser à 11,4% du PIB et la dette publique va gonfler à 120,9%, a détaillé le ministère lors d'un point presse téléphonique.

"Il faut privilégier la dette" dans une crise jugée "transitoire" et dans un contexte de taux bas et de soutien de la Banque centrale européenne, souligne-t-on au ministère de l'Économie, où l'on prépare aussi un plan de relance plus global pour la rentrée.

Bercy s'attend par ailleurs à une baisse d'environ 10% des dépenses de consommation cette année et table sur une épargne de précaution des ménages de l'ordre de 100 milliards d'euros.

Le projet de loi sera présenté en conseil des ministres la semaine prochaine, a annoncé jeudi le ministère de l'Economie et des Finances.

OC avec AFP