BFM Business
Economie et Social

Assurance vie: près de 26 milliards d'euros collectés en 2019

L'assurance vie a fait le plein en 2019

L'assurance vie a fait le plein en 2019 - pxhere

Le marché de l'assurance vie en France a une fois de plus réalisé une solide moisson d'épargne en 2019, malgré la baisse annoncée des rendements dans un contexte de taux très bas, voire négatifs.

"L'assurance vie est toujours aussi populaire auprès des Français", s'est félicité vendredi la Fédération française de l'assurance dans une réaction transmise à l'AFP. L'an passé, près de 26 milliards d'euros supplémentaires sont venus garnir les caisses des compagnies, dépassant ainsi assez largement les 21,5 milliards recueillis en 2018, qui représentaient déjà une solide performance.

L'assurance vie a ainsi confirmé une fois encore son rang de premier support d'épargne en France. Fin décembre, quelque 1.788 milliards d'euros reposaient dans ses coffres, soit bien davantage que sur les autres produits d'épargne tels que le Livret A ou encore les plans d'épargne en actions.

Fait notable, la collecte nette sur le seul mois de décembre a atteint 800 millions d'euros, là où le secteur avait enregistré une décollecte de 700 millions sur le même mois en 2018, selon les chiffres transmis vendredi par la FFA.

"En 2019, l'assurance vie aurait pu souffrir de la baisse des rendements, des polémiques sur l'avenir du fonds euros, or tel n'a pas été le cas. Bien au contraire", a commenté dans une note Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l'épargne, cabinet de réflexion sur l'épargne et sa réglementation. Il qualifie 2019 d'"année en or" pour ce placement. 

Avec, notamment, un montant brut de 11,8 milliards d'euros apporté par les assurés en décembre, les versements "sont en phase avec les résultats de l'année. Ils n'ont pas souffert des annonces de plusieurs compagnies concernant la baisse du rendement des fonds euros et la limitation de leur accès", souligne Philippe Crevel.

L'assurance vie est en effet confrontée à un environnement de taux très bas, voire négatifs, qui complique sévèrement la tâche de faire fructifier l'épargne des clients. Cela est particulièrement le cas des contrats dits "en euros", dont le capital et les intérêts sont garantis quelle que soit l'évolution de la conjoncture.

Pendant longtemps, les fonds euros ont fait office d'eldorado pour les assurés, avec des rendements élevés, un capital garanti et la possibilité de le débloquer à tout moment. Cette garantie a toutefois un coût: une rémunération plus modeste. Les fonds euros sont en effet investis pour une très large part en titres considérés comme peu risqués tels que les obligations d'entreprises ou d'État. Mais celles-ci ne rapportent plus rien ou presque.

Dans ce contexte, les compagnies d'assurance tentent d'inciter les épargnants à placer plus généreusement leur bas de laine sur des supports dits en "unités de compte", dont le capital n'est pas garanti contre les risques de pertes, mais qui sont potentiellement plus rémunérateurs car investis sur des titres plus risqués, tels que les actions.

Pour ce faire, certains acteurs comme le géant italien Generali, l'helvétique Swiss Life ou encore l'allemand Allianz n'ont pas hésité à sabrer drastiquement dans les taux de rémunération des fonds en euros.

Hausse des versements en unités de compte

Du côté des épargnants, le message semble commencer à faire son chemin, avec une progression constante des versements en unités de compte: 3,7 milliards d'euros en septembre, 3,9 milliards en octobre, puis 4,1 milliards en novembre et enfin 4,8 milliards en décembre.

"Avec 4,8 milliards d'euros en décembre, la collecte en unités de compte représente 41% de la collecte totale, soit le taux le plus élevé constaté depuis le mois d'août 2000 (45%)", relève Philippe Crevel.

Cette évolution est aussi vue d'un bon oeil par le gouvernement français qui multiplie les initiatives ces derniers mois pour inciter les Français à financer davantage l'économie et les entreprises sur le long terme.

Mi-janvier, le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a ainsi exhorté les ménages à diversifier leur épargne en la plaçant dans les produits tels que l'assurance vie Eurocroissance, le plan épargne actions ou le plan épargne retraite. Autant de produits qui viennent d'être fraîchement créés ou dépoussiérés dans le cadre de la loi Pacte.

S. Se avec AFP