BFM Business

Allemagne: le SPD présente ses exigences à Angela Merkel

Angela Merkel devrait finalement former une coalition avec le SPD

Angela Merkel devrait finalement former une coalition avec le SPD - -

Le nouveau parlement allemand se réunit mardi 22 octobre et le lendemain devraient s'ouvrir les négociations formelles entre la CDU d'Angela Merkel et le SPD. Les délégués de ce parti ont listé les points non négociables en cas d'accord de gouvernement.

C'est mercredi 23 octobre, au lendemain de la première réunion du nouveau Bundestag élu le 22 septembre, que la CDU et la CSU d'un côté, le SPD de l'autre devraient entamer officiellement les négociations en vue de mettre en place une "grande coalition" de gouvernement. Elles pourraient durer près d'un mois.

"Nous sommes convaincus que nous pouvons trouver des solutions raisonnables pour les deux camps, et avant tout pour le pays, même sur les questions qui fâchent", a affirmé Sigmar Gabriel, le président du SPD, qui pourrait devenir le numéro 2 du futur gouvernement dirigé par Angela Merkel.

Réunis ce dimanche 20 octobre en convention, les délégués du SPD ont, en tout cas, listé les points non-négociables lors de ces discussions de la semaine qui s'ouvre. Les délégués du Parti social-démocrate allemand ont avalisé à une écrasante majorité la décision des dirigeants du parti d'engager des négociations avec les conservateurs de la chancelière Angela Merkel en vue de former un gouvernement.

Les impôts ont disparu de la liste

Parmi ces points figurent notamment l'instauration d'un salaire minimum horaire de 8,50 euros, l'égalité des salaires entre hommes et femmes, la création d'une taxe sur les transactions financières, un effort d'investissements dans les infrastructures et l'éducation ou encore l'adoption d'une stratégie commune pour soutenir l'emploi et la croissance dans la zone euro.

Le SPD exige aussi l'égalité du niveau des retraites entre les anciennes Allemagne de l'Ouest et de l'Est, le droit à la double nationalité, et des mesures permettant de mieux combiner vies professionnelle et privée.

En revanche, le document ne mentionne pas de hausse des impôts sur le revenu pour les contribuables les plus aisés. Cette proposition figurait pourtant au coeur du programme du SPD pour les élections législatives du 22 septembre. Mais Angela Merkel l'avait rejetée fermement.

P.C et Reuters