BFM Business

Allemagne: l'accord gouvernemental changera-t-il la donne en zone euro ?

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. - Patrick KOVARIK / AFP

Les socio-démocrates et les conservateurs se sont notamment accordés sur le principe d'un budget de la zone euro.

Il leur a fallu du temps, mais ils y sont parvenus. Quatre mois après les élections, socio-démocrates et conservateurs allemands ont conclu un accord gouvernemental ce mercredi. Les négociateurs du SPD ont obtenu des concessions notoires de la part de leurs futurs partenaires, notamment sur le plan économique. 

Outre des projets d'investissements et des efforts pour les Allemands les plus modestes, le texte contient des dispositions pour approfondir l'intégration européenne. Le principe d'un budget de la zone euro y figure, ainsi que la transformation du Mécanisme européen de stabilité (MES) en un fonds monétaire européen.

Travailler avec la France

Ces projets devraient arranger les affaires d'Emmanuel Macron. Le président français avait exprimé sa volonté de créer un budget de la zone euro lors de son discours à la Sorbonne en septembre. D'ailleurs, l'accord gouvernemental allemand prévoit explicitement de travailler avec la France pour renforcer la zone euro. 

En plus, la chancelière allemande Angela Merkel a laissé le ministère des Affaires étrangères au SPD. Occupé par Sigmar Gabriel, le poste pourrait revenir au leader du parti Martin Schulz. Ce dernier, qui a souvent échangé au téléphone avec le président français depuis septembre, a déjà confié publiquement son souhait de construire une "Europe meilleure et plus juste" avec Paris. 

"La fin du diktat de l'austérité"

Martin Schulz a annoncé lundi la "fin du diktat de l'austérité" en Europe. Une déclaration renforcée par un concession très symbolique d'Angela Merkel: le poste de ministre des Finances. Occupé durant huit ans, jusqu'en octobre dernier, par Wolfgang Schäuble, emblématique défenseur de l'orthodoxie économique, il doit revenir à l'actuel maire de Hambourg Olaf Scholz.

Ce dernier est connu pour ses positions en faveur de plus d'intégration européenne. Dans le passé, il a souvent critiqué la politique de la chancelière concernant la zone euro. 

J.-C.C