BFM Business

Coronavirus: trois quarts des entreprises ont recours au chômage partiel en Auvergne-Rhône-Alpes

L'Observatoire économique consacré à la crise du Covid-19 mis en place par la CCI Auvergne-Rhône-Alpes note aussi des difficultés de trésorerie pour la moitié des entreprises.

La situation économique reste compliquée pour les entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes. Dans une étude de l'Observatoire économique consacré à la crise du Covid-19 lancé par la CCI de la région, trois quarts des entreprises répondantes ont déclaré avoir maintenant des salariés en chômage partiel à la mi-avril.

Inquiétude pour les TPE et les PME

Par ailleurs, à la même période, deux tiers d'entre elles ont demandé un report des charges, tandis que 54% jugent leur situation de trésorerie difficile. Si ce dernier indicateur reste très élevé, il se tasse toutefois de six fois "probablement grâce à la mobilisation des dispositifs d'aide", souligne l'Observatoire. A noter que l’allongement des délais de règlement est cité par 39% des entreprises en difficulté et les impayés progressent.

La situation est loin de rassurer les chefs d'entreprises, notamment des TPE et PME. "Quand on regarde les restaurateurs qui ne voient pas une ouverture de leurs établissements avant le 15 juin, c'est dramatique", alerte au micro de BFM Lyon Serge Vidal, président de la Chambre régionale des métiers et de l'artisanat.

"On aura sans doute de la casse", ajoute-t-il, pointant "des entreprises souvent fragiles par leur taille avec des trésoreries fragiles". Et de conclure: "On s'attache tous les jours à apporter toutes les solutions pour essayer de desserrer l'étau économique vis-à-vis de ces entreprises". 

Dans l'ensemble, les perspectives restent très défavorables pour la deuxième quinzaine d'avril, notamment dans le commerce. Néanmoins, des entreprises "fermées à la mi-avril devraient avoir repris leur activité à la fin du mois, notamment des entreprises industrielles", indique l'Observatoire, alors que 13% des entreprises s’attendent à une activité orientée à la hausse.

Benjamin Rieth