BFM Business

Coronavirus: les groupes d'intérim se retirent du site Fedex de Roissy

-

- - Eric Feferberg - AFP

Des entreprises comme Manpower et Adecco se sont engagées à ne plus envoyer leurs intérimaires sur le site de Fedex à Roissy en raison de “manquements sanitaires graves”.

Les entreprises de travail temporaire se sont engagées à ne plus faire travailler des intérimaires chez Fedex à Roissy après le déclenchement par les syndicats d'un droit d'alerte en raison "de manquements graves" dans les conditions de sécurité sanitaire, a-t-on appris mardi de sources syndicales.

Les sociétés "Manpower, Adecco, Randstad, CRIT et Start People se sont engagées à ne plus envoyer d'intérimaires en mission sur le site de Fedex Roissy-CDG" depuis lundi, indique la CGT Intérim dans un communiqué.

Un "cluster" de contamination

Le syndicat majoritaire dénonce "des manquements graves de mesure de prévention et de protection de la part de Fedex" qui serait un "cluster de contamination".

"On suppose que la contamination des salariés de Fedex s'est fait lors d'un voyage en Italie organisé par le comité d'entreprise. Ces salariés étaient en contact avec des intérimaires", explique Marie-Odile Bonnet de la CGT Manpower.

Le syndicat avait annoncé il y a une semaine le décès d'un intérimaire en mission au hub Fedex de Roissy.

Fedex a indiqué que "juste après l'accident, tous les salariés qui pouvaient avoir été en contact avec cette personne ont été priés de se mettre en relation avec un médecin et de rester à leur domicile, et la zone de travail ainsi que les équipements concernés ont été désinfectés", dans un communiqué.

"Les intérimaires ne portent pas de masques"

L'entreprise spécialisée dans le transport international de fret assure appliquer les mesures de sécurité préconisées par le gouvernement français comme "la mise à disposition de gels hydroalcooliques, de masques, le rappel des mesures de distanciation sociale, la désinfection fréquente des sites".

Des mesures que contestent les syndicats: "les intérimaires ne portent pas de masques, ils sont regroupés à plusieurs devant des tourniquets sans distance de sécurité", assure la CGT Manpower.
En attendant que les conditions de travail soient réunies, la CGT Intérim réclame "le maintien des salaires à 100% pour tous les salariés intérimaires ayant été en mission".

Après les décès du Covid-19 d'une salariée de Carrefour à Saint-Denis et d'un intérimaire de Manpower, et le cas confirmé d'un employé d'Amazon à Saran près d'Orléans, les syndicats ont réclamé de meilleures protections.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a de son côté rappelé dimanche que les employeurs étaient "responsables" de "mettre en place les protections" nécessaires pour leurs salariés contre le coronavirus, citant les exemples des chauffeurs routiers ou d'Amazon.
N.G. avec AFP