BFM Business

Vente de cigarettes: l'État veut augmenter les marges des buralistes

Le paquet neutre sera généralisé à partir du 1er janvier 2017

Le paquet neutre sera généralisé à partir du 1er janvier 2017 - Jeff Pachoud - AFP

L'exécutif compte faire passer le pourcentage touché par les buralistes sur le prix d'un paquet de 9 à 11% d'ici à cinq ans selon RTL. Il s'agirait d'étouffer dans l'œuf toute gronde avant l'entrée en vigueur du paquet neutre, le 1er janvier.

En période électorale mieux vaut éviter toute grogne de puissants lobbies. L'exécutif chercherait ainsi à calmer toute future gronde des buralistes. Et pour atteindre cet objectif, le gouvernement, compte, selon RTL, augmenter la part qu'il touche sur les ventes de paquets de cigarettes.

L'exécutif est donc prêt à une recommandation du rapport Barbier de fin 2015 qui préconisait de faire passer le pourcentage touché par les buralistes sur les ventes de tabac de 9 à 11%. Cette hausse se ferait progressivement, sur un horizon de cinq ans.

Au détriment des cigarettiers

De quoi (peut-être) faire passer la pilule alors que le paquet neutre sera généralisé à partir du 1er janvier prochain. Cette mesure passe en effet mal auprès des buralistes qui estiment que ce paquet sans logo va complexifier leur travail quotidien et renforcer le marché parallèle.

D'où l'idée de cette hausse de la rémunération pour les buralistes. Cette augmentation se ferait au détriment de la part des cigarettiers, qui verraient donc leur marge diminuer. RTL explique que le gouvernement va jouer sur "un argument majeur: expliquer que les buralistes voient leur travail augmenter avec le paquet neutre car ils passeront plus de temps à ranger des centaines de paquets identiques, tandis que le cigarettier a moins d'efforts marketing à fournir".

Selon le site de la radio, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, va rencontrer mardi le responsable des buralistes d'Île-de-France, Bernard Gasq, pour négocier ce plan tandis que de son côté Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, a, lui, jusqu'à novembre pour convaincre les cigarettiers.

J.M.