BFM Business

Un hypermarché toulousain contourne l'obligation du pass sanitaire

Un QR Code utilisé pour TousAntiCovid Signal, le carnet de rappel numérique

Un QR Code utilisé pour TousAntiCovid Signal, le carnet de rappel numérique - BFMTV

L'hypermarché a mis en place une entrée alternative, dans le parking, pour éviter aux clients de passer par la galerie marchande.

Le directeur de l'hypermarché Leclerc de Roques-sur-Garonne (Haute-Garonne), situé dans un centre commercial de plus de 20.000 m2 où le pass sanitaire est désormais systématiquement contrôlé, a mis en place une entrée sans pass sanitaire.

Le dispositif permet aux clients d'entrer depuis le parking, sans présenter le pass sanitaire. Ils peuvent accéder uniquement au magasin Leclerc, car pour entrer dans la galerie marchande, il faut présenter un QR code.

"Aujourd'hui si notre magasin de 13.500 m2 n'était pas adossé à la galerie marchande, nous pourrions accueillir nos clients sans contrôle de pass sanitaire", déplore Jacques Blimont, qui dénonce une "distorsion de concurrence".

"Nous devons regarder les consommateurs aller dans les magasins concurrents proches de chez nous pour trouver les produits qu'ils pourraient acheter chez nous", ajoute-t-il.

La préfecture met en demeure

Sollicitée par l'AFP, la préfecture de Haute-Garonne a rappelé que le pass "doit être exigé à l'entrée du centre commercial que ce dernier soit constitué d'un seul ou de plusieurs bâtiments, y compris lorsqu'ils ont un accès direct indépendant".

"Dans le cadre des contrôles des forces de l'ordre menés dès ce lundi matin, une infraction a été relevée à l'hypermarché Leclerc de Roques-sur-Garonne et a donné lieu à la mise en oeuvre de la procédure de mise en demeure", précise la préfecture.

En cas de mise en demeure, l'établissement dispose d'un délai de 24 heures pour se mettre en conformité.

Rendu possible par la loi depuis une semaine, le gouvernement a demandé aux préfets de l'imposer pour les surfaces de plus de 20.000 m2 dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 pour 100.000 habitants sur une semaine.

Comme les bars et restaurants, les grandes surfaces concernées risquent une fermeture administrative, voire un an d'emprisonnement et 9.000 euros d'amende pour leurs exploitants si elles ne procèdent pas aux contrôles.

T.L avec AFP