BFM Business

Un hypermarché sans personnel? «Je n’y crois pas» tranche Olivier Dauvers

Pour le spécialiste de la grande distribution, l’ouverture d’un hypermarché le dimanche après-midi, sans personnel du magasin, est plutôt un « coup de com’ » qu’un véritable virage stratégique.

Voilà une semaine que l’hypermarché Géant Casino fait l’actualité, après avoir annoncé son ouverture le dimanche après-midi. « Cela dit beaucoup de ce mouvement dans lequel s’inscrivent toutes les enseignes aujourd’hui, qui est l’accroissement des capacités à vendre » commente le spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers, sur le plateau de 12H, l'Heure H. « Pendant longtemps, on a ouvert des magasins, désormais c’est plus difficile. Donc, on a accru l’amplitude horaire en ouvrant le dimanche matin. Désormais, c’est aussi le dimanche après-midi. »

Une bonne opportunité pour l’hypermarché ? « Je n’y crois pas » tranche Olivier Dauvers. « Un hypermarché dans lequel il n’y a pas de personnel mais juste un vigile et la salariée d’une société d’animation qui vient vous aider à vous encaisser tout seul, autant ça peut aller dans une supérette de 200m², mais retrouvez-vous seul dans un hypermarché de 5000 m², je ne suis pas sûr que l’expérience d’achat soit formidable. »

Un chiffre d’affaires « minable »

Pourtant, de nombreux pays fonctionne sur du 24h/24, notamment de l’autre côté de l’Atlantique. « Aux Etats-Unis, le coût d’exploitation des magasins est beaucoup plus bas qu’en France. Donc, cela ne leur coûte pas très cher d’ouvrir les magasins tout le temps d’autant plus qu’ils remplissent les rayons la nuit » rappelle Olivier Dauvers. « En France, le coût social est beaucoup plus élevé. Ouvrir sur de grandes amplitudes horaires, cela va finir par coûter trop cher et les groupes vont se rendre compte que le jeu n’en vaut pas la chandelle, à part pour des effets de communication. »

Et de conclure : « Je vous mets mon billet sur la table que cet hypermarché à Angers, il fera un chiffre d‘affaires tellement minable que ça n’apportera pas grand-chose à la vie économique du magasin. »