BFM Business

Travail dominical: le Printemps rouvre les négociations

Les négociations reprendront lundi

Les négociations reprendront lundi - Thomas Samson - AFP

Après l'échec d'un premier accord, la direction a décidé de relancer les discussions avec les syndicats. Les négociations reprendront lundi.

Le Printemps rouvrira lundi les négociations pour l'ouverture dominicale de ses magasins, après l'échec d'un premier projet d'accord, qui n'a été signé par aucune organisation syndicale, a-t-on appris vendredi de sources syndicales.

Les négociations se tiendront cette fois au niveau de l'entreprise et non plus seulement au niveau de son navire amiral du boulevard Haussmann à Paris, ont précisé ces sources syndicales. Le Printemps prévoit de les boucler d'ici fin novembre.

Contactée, la direction du Printemps n'avait pas donné suite vendredi soir.

Un premier échec

L'enseigne avait ouvert en juin des discussions qui visaient exclusivement à permettre l'ouverture tous les dimanches du Printemps Haussmann, au titre des zones touristiques internationales (ZTI) mises en place par la loi Macron d'août 2015. Mais le projet d'accord élaboré jusqu'à début octobre n'a recueilli l'aval d'aucune organisation syndicale de l'établissement.

Opposée au travail dominical, la CGT, première force syndicale de l'établissement, avait fait savoir qu'elle ne signerait pas le texte, pas plus que la CFE-CGC (3e), qui n'était pas satisfaite du projet "en l'état". Le syndicat SCID, dont la représentativité était contestée en justice, avait lui aussi réaffirmé son opposition au travail du dimanche.

Dans l'intervalle, le tribunal de grande instance de Paris a jugé que le SCID n'était plus représentatif depuis sa désaffiliation de la CFDT en janvier.

L'avertissement des syndicats

Avec des négociations au niveau de l'entreprise, compte tenu de la représentativité des syndicats CGT, Unsa, CFDT et CFE-CGC, l'enseigne devra obtenir la signature d'au moins trois organisations syndicales pour valider un accord.

"Si on reste sur le même accord que pour le boulevard Haussmann, on ne signera pas", a déjà prévenu Jacques Biancotto, président de la fédération CFE-CGC commerce et services.

Quant au SCID, il a fait appel et ne "s'arrêtera pas tant que tous les recours n'auront pas été épuisés".

Le Printemps compte 22 magasins en France, mais tous n'ont pas vocation à ouvrir tous les dimanches. Ceux de Deauville et du Carrousel du Louvre à Paris, comme celui des Terrasses du Port à Marseille, ouvrent le dimanche, car ils étaient déjà situés en zone touristique, au contraire de celui du boulevard Haussmann.

J.M. avec AFP