BFM Business

Tabac: le propriétaire de Lucky Strike va-t-il prendre le contrôle de Camel?

BAT détient notamment la marque Lucky Strike

BAT détient notamment la marque Lucky Strike - Thomas Samson - AFP

British American Tobacco a annoncé ce vendredi 21 octobre avoir proposé 47 milliards de dollars pour racheter la totalité des parts de l'américain Reynolds.

British American Tobacco (BAT) dévoile sa première offre. Le cigarettier britannique a annoncé vendredi qu'il mettait 47 milliards de dollars sur la table pour prendre le contrôle de l'américain Reynolds et devenir un leader aux États-Unis et dans l'e-cigarette.

BAT qui tient déjà 42,2% des parts de Reynolds, veut en acquérir les 57,8% restants via une offre en cash et en actions. Le propriétaire des marques Dunhill, Lucky Strike, Kent et Rothmans (entre autres) a annoncé dans un communiqué qu'il avait présenté cette proposition au conseil d'administration de Reynolds (marques Camel et Newport, entre autres). Aucune négociation formelle n'a toutefois été conduite jusqu'à présent, a-t-il précisé.

Le leader de l'e-cigarette

BAT a souligné qu'il deviendrait ainsi le numéro un du secteur aux États-Unis. Il deviendrait aussi un acteur important dans les marchés émergents où la consommation de tabac est en forte croissance, en Amérique du Sud, Afrique, Moyen-Orient et Asie, ainsi que dans les "principaux marchés des pays développés".

Le groupe a mis en avant aussi qu'il serait un des leaders dans le domaine de l'e-cigarette. Au final, ce nouveau BAT deviendrait la première entreprise cotée de tabac du monde en terme de chiffre d'affaires et de bénéfice opérationnel.

BAT a présenté informellement cette offre au conseil d'administration de Reynolds American, ce qui l'oblige, de par la loi américaine, à immédiatement l'annoncer publiquement. Pour cette raison, le groupe britannique n'a pas pu encore engager de discussions formelles avec les dirigeants de sa cible.

Actionnaire depuis 2004

BAT offre 56,50 dollars par action Reynolds, proposant d'en régler 24,13 dollars en cash et 32,37 dollars avec ses propres actions. L'offre représente une prime de 20% par rapport à la valeur du titre Reynolds à la clôture de la Bourse de New York jeudi. Avec cette proposition, Reynolds est valorisée à hauteur de 93 milliards de dollars, a précisé le groupe britannique.

BAT est actionnaire de Reynolds depuis 2004. Ce dernier s'est notoirement renforcé l'an passé: numéro deux du marché américain, Reynolds a acquis le numéro trois, son concurrent Lorillard (cigarettes mentholées Newport). Ce faisant, Reynolds se posait en concurrent plus redoutable d'Altria, le propriétaire des célèbres Marlboro, en accélérant dans les secteurs en croissance de la cigarette électronique et des cigares.

La transaction proposée devra toutefois franchir de nombreux obstacles: elle devra être validée par les administrateurs indépendants de Reynolds, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas été désignés par son actionnaire BAT, ainsi que par les actionnaires des deux groupes, avant de passer sous l'oeil des autorités de régulation.

J.M. avec AFP