BFM Business

S'il n'y a plus de marques de cigarettes, la concurrence se jouera sur les prix

-

- - Axel Gietz, le directeur des affaires institutionnelles du groupe Imperial Tobacco, était l'invité d'Hedwige Chevrillon ce 1er avril.

Le directeur des affaires institutionnelles du groupe qui détient les marques Gauloises et Gitane, Axel Gietz, a estimé sur BFM Business que le paquet neutre serait contre-productif.

Le projet de loi de Santé de Marisol Touraine est débattu à l'Assemblée nationale depuis le 31 mars. Parmi les mesures qu'il contient, figure l'instauration du paquet de cigarettes neutre, c'est-à-dire sans aucun signe distinctif, quelle que soit sa marque. Un dispositif auquel s'oppose farouchement l'industrie du tabac et ses représentants, à l'instar d'Axel Gietz, le directeur des affaires institutionnelles du groupe Imperial Tobacco. Le "lobbyiste" du groupe qui détient Gauloise, Gitane ou encore Davidoff, a rappelé les arguments du secteur, ce 1er avril sur BFM Business. 

En Australie, le seul pays à avoir adopté cette mesure fin 2012, la mesure serait inefficace selon Axel Gietz. "Chez les jeunes de moins de 18 ans, ceux qui devraient justement être protégés par le paquet neutre, la consommation a augmenté de 30%", avance-t-il.

En outre, et indépendamment de ce qu'il appelle "les questions de propriété intellectuelle", le directeur des affaires institutionnelles d'Imperial Tobacco met en garde: "si on est privés de nos marques, la seule chose qui nous reste pour faire concurrence avec les autres, c'est le prix". Or en Australie, "ce qu'on observe, c'est que le consommateur ne choisit plus en fonction de la marque de cigarettes mais en fonction du prix".

"Seuls les criminels vont y gagner"

Les seuls à en profiter, dès lors, ce sont "les criminels", continue-t-il. Car c'est "toujours le marché noir qui aura les prix les plus bas, parce qu'ils ne collectent pas de taxes". Sa compagnie aurait ainsi "constaté en Australie une augmentation de 25% du marché illicite". Il affirme même que la consommation générale dans le pays "n'a pas bougé, mais la consommation licite a diminué au profit de la consommation illicite".

Interrogé sur les pratiques de lobbying d'Imperial Tobacco, Axel Gietz répond que "tout ce que nous faisons est public". A la question de savoir si la compagnie finance des clubs de fumeurs de Havane, des études d'impact, il botte en touche. "Tout ce qu'on fait, c'est de chercher la discussion", élude-t-il.

Quant à ses discussions avec la ministre de la Santé, Marisol Touraine, elle sont en réalité inexistante. "J'aimerais bien la rencontrer, mais elle ne veut pas, moi pas plus qu'un autre représentant de l'industrie du tabac, indique-t-il. Cela m'étonne. Nous sommes les premiers concernés. Mais j'ai lu dans les journaux que même les médecins, qui sont reçus par elle, n'ont pas l'impression d'être réellement entendus". 

Edité par N.G.