BFM Business

Qui est Philippe Ginestet, l'atypique patron qui reprend Tati?

Patron autodidacte, Philippe Ginestet est devenu le champion français de la braderie à la tête de Gifi qui pèse plus d'un milliard d'euros. Adepte de méthodes apprises sur les marchés, cet ex-vendeur d'aspirateurs réalise son premier rachat de taille avec Tati.

À 63 ans, le patron de Gifi est un autodidacte assumé. "Même sans diplôme, on peut réussir", voilà ce que ne cesse de répéter Philippe Ginestet. À la tête du groupe Gifi qu'il a fondé il y a 36 ans, il pèse, avec ses 526 magasins et ses 6500 collaborateurs, un peu plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, soit le numéro 1 français du discount non-alimentaire.

La reprise du groupe Tati vient couronner un parcours assez atypique pour ce chef d'entreprise. Fils de maquignons, il quitte l'école tôt puis commence par faire les marchés. "À l'époque je voulais étonner mes parents. Je n'ai pas été très sérieux jusqu'à mes 18 ans. À partir de là, j'ai voulu leur prouver que je pouvais être le meilleur dans leur métier. Ils étaient maquignons. Je voulais devenir le meilleur acheteur" expliquait-il récemment sur le site web du quotidien régional La Dépêche.

Il devient le meilleur vendeur de France d'aspirateurs Electrolux, puis ouvre en 1981 son premier magasin "en dur" dans un hangar à Villeneuve-sur-Lot, ville de ses débuts et où est toujours basé le siège du groupe. "À l'ouverture du premier Gifi, il y avait du monde partout, les gens faisaient la queue" ajoutait-il récemment dans les colonnes du quotidien méridional.

Philippe Ginestet invite ses salariés méritants à Megève

Le nom de l'enseigne qui a fait sa fortune est tirée des deux premières syllabes de son état-civil: Ginestet Philippe. Il a appris sur les marchés l'importance de la présentation des produits et surtout, celle du prix, puisque sa spécialité est la solderie. Ses magasins à l'allure d'entrepôts donnent un coup de jeune au concept de bazar que d'autres enseignes comme La Foir'Fouille ou Maxi Bazar (candidats malheureux à la reprise de Tati) ont aussi attaqué. Pour s'approvisionner, l'entrepreneur originaire du Lot négocie de grandes quantités d'articles à prix cassés, en se déplaçant à Paris puis en Asie, en Chine surtout.

Autodidacte et self-made man, Philippe Ginestet est adepte de la promotion interne pour ses salariés les plus efficaces. Avec un brin de paternalisme, il a pour habitude d'inviter chaque année ses collaborateurs les plus méritants dans son splendide chalet alpin de Megève pour un séjour "détente".

Avec la reprise de Tati, soit 1428 emplois directs et 109 magasins dont l'enseigne vend des produits à des prix inspirés de "l'esprit braderie", Philippe Ginestet relève le plus grand défi de son parcours original d'entrepreneur.

Frédéric Bergé