BFM Business

Quel avenir pour la généralisation du tiers payant?

L’exécutif s’apprêterait à lâcher du lest sur la généralisation du tiers payant, selon Les Echos. Une version édulcorée pourrait la remplacer. L'entourage de la ministre de la Santé Marisol Touraine ont néanmoins démenti cette information.

La mobilisation des médecins va-t-elle porter ses fruits ? Alors que le projet de loi santé doit être examiné par les députés en commission à partir du 17 mars, le gouvernement pourrait faire de sérieuses concessions sur l’une de ses mesures les plus controversées. Selon Les Echos, l’exécutif s’apprêterait ainsi à reculer à propos de la généralisation du tiers payant, censée voir le jour en 2017.

Une éventualité démentie ce lundi par l'entourage de Marisol Touraine auprès de BFMTV, mais qui avait déjà été évoquée récemment. Lors d’une réunion entre les syndicats de médecins et la ministre des Affaires sociales et de la Santé, cette dernière avait déjà laissé entendre qu’une version "light" du projet était à l’étude. Il s’agirait non plus de généraliser le tiers payant, mais de l’élargir aux étudiants et aux malades en affection de longue durée.

Retards dans les paiements

Aujourd’hui, plusieurs catégories de personnes peuvent profiter du dispositif, qui permet de ne pas avancer d’argent lors d’une consultation chez le médecin. Il s’agit des bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU), de l’aide médicale d’Etat et, à partir du mois de juillet 2015, de l’aide à la complémentaire santé.

Mais pour les professionnels de santé, plusieurs problèmes se posent : lourdeurs administratives, retards de paiement par la Sécurité sociale, déresponsabilisation du patient, etc. Devant la complexité du chantier et la grogne qui ne faiblit pas – le tout à quelques jours des élections départementales - le gouvernement pourrait donc céder, du moins en partie. Mais officiellement, Marisol Touraine s'en est défendue, ce lundi:

Y.D. avec AFP