BFM Business

Quand les pro-Trump appellent au boycott de Starbucks

Les pro-Trump appellent au boycott de Starbucks.

Les pro-Trump appellent au boycott de Starbucks. - LEON NEAL / AFP

Les pro-Trump ont appelé sur Twitter au boycott de la célèbre chaîne américaine. Ils lui reprochent sa volonté d'embaucher 10.000 réfugiés en réponse au décret anti-immigration du président américain.

“Je vous écris aujourd’hui avec une grande inquiétude, le cœur gros et une promesse ferme”. Lundi, en réponse au décret anti-immigration de Donald Trump, le PDG de Starbucks Howard Schultz prenait l’engagement d’embaucher, d’ici cinq ans, 10.000 réfugiés ayant fui les guerres, les persécutions et discriminations dans les 75 pays où le groupe est présent.

Une démarche qui n’a visiblement pas plu aux sympathisants du président américain qui ont lancé le hashtag #BoycottStarbucks sur Twitter pour inciter les internautes à ne plus se rendre dans les cafés de la célèbre marque, comme le révèle le Huffington Post.

On pouvait ainsi lire des tweets (voir ci-dessous) tels que: "Starbucks embauche des réfugiés plutôt que des citoyens américains juste pour aller à l'encontre du président? Écoeurant!", ou encore "Il n'y a pas de meilleur moyen de soutenir ton pays qu'en privant 10.000 chômeurs américains d'un emploi", ou bien "J'espérais que ce serait une rumeur, Eh bien au revoir Starbucks. Mon pays passe avant". 

Très vite, de plus en plus de pro-Trump s’emparent du hashtag, si bien que ce dernier devient viral. De quoi faire réagir les opposants au président américain qui vont s’approprier à leur tour le #BoycottStarbucks, se réjouissant de voir des files d’attente moins denses dans les cafés de la marque depuis le lancement du boycott. Ils finiront d’ailleurs par remplacer le hashtag des sympathisants de Donald Trump par #DrinkStarbucksToFightBigotry, comprenez “Boire Starbucks Pour Combattre l'intolérance”.

"Starbucks fait sa part"

Le PDG de Starbucks Howard Schultz est un proche du parti démocrate. Il affirme que son groupe est en contact avec ses employés affectés par le décret présidentiel ayant mis en place des restrictions dans l’accès au territoire américain. “Nous devons nous assurer que nos élus entendent individuellement et collectivement. Starbucks fait sa part” avait déclaré Howard Schultz.

Ce mercredi, le groupe américain s’est fendu d’un tweet dans lequel il explique “croire en l’acceptation, l’intégration et l’humanité pour tous”.

P.L