BFM Business

Pourquoi les commerçants veulent en finir avec les soldes

Des ventes en recul, des magasins qui sont loin de faire le plein... Le bilan des soldes d'hiver qui prennent fin ce mardi n'aura jamais été aussi mauvais. Les commerçants réclament plus de liberté pour mener leurs promotions quand bon leur semble. Comme c'est le cas sur internet.

Le bilan des soldes, qui s'achèvent mardi, n'aura jamais été aussi mauvais. Non seulement la fréquentation des magasins a baissé, de 4 points, mais les ventes aussi. Elles ont clairement reculé par rapport aux soldes hiver 2016: entre -4% et -7% selon les premières estimations. Les commerçants demandent une remise à plat.

Les signes de la disgrâce des soldes ne manquent pas. Déjà avant même qu'ils débutent, moins de 3 Français sur 4 envisageaient de se rendre dans les magasins pour ces soldes d'hiver, selon un sondage Toluna pour LSA. 72,4% des consommateurs pensaient en profiter, soit 3 points de moins qu'en 2016.

Overdose de promotions

Une autre étude valide le constat des professionnels sur la désuétude de l'opération: les internautes recherchent de moins en moins le mot-clé "soldes" sur internet. En revanche, les acheteurs tapent de plus en plus le mot "pas cher" dans leur barre de recherche, selon cette enquête menée depuis 2015 par le comparateur de prix idéalo.fr.

Les commerçants en déduisent que les consommateurs, gavés de promotions et de ventes privées toute l'année, ne considèrent plus les soldes comme un rendez-vous incontournable. Pour eux, il est temps de revoir le dispositif.

Le retour des soldes flottants?

Les chambres de commerce et d'industrie se sont emparées du dossier. Elles s'apprêtent à réunir tous les acteurs concernés pour mener une vraie réflexion. Parmi les solutions envisagées pour attirer de nouveau les Français: écourter la période ou faire des soldes plus ciblés mais plus agressifs, un peu comme l'opération du Black Friday, le lendemain de Thanksgiving durant lequel les magasins américains organisent des promotions gigantesques.

Certains proposent même de supprimer complètement les soldes. Les enseignes pourraient alors organiser des promotions à la carte, en fonction de leur stock. Sur le modèle des soldes flottants, ces deux semaines de promotion que les magasins pouvaient organiser à leur guise, instaurées en 2008 et finalement supprimées en 2014. "Imposer des dates n'a aucun sens", explique un professionnel du secteur, puisque sur internet, c'est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Hélène Cornet, édité par Nina Godart