BFM Business

Pourquoi il faut mettre un pull pour faire du shopping à Rome

La mairie de Rome  a mis en place des mesures pour limiter le chauffage à 18 degrés lors des pics de pollution.

La mairie de Rome a mis en place des mesures pour limiter le chauffage à 18 degrés lors des pics de pollution. - Filippo Monteforte - AFP

La capitale italienne n'échappe pas à la pollution. Les autorités ont donc pris une série de mesures. Certaines classiques comme la circulation alternée, d'autres plus originales… comme la limitation du chauffage.

Comme de nombreuses grandes villes, Rome a du mal à respirer. La semaine dernière, la capitale italienne a dû affronter un épisode exceptionnel de pollution aux particules fines qui ont conduit les autorités à prendre des mesures. L'une d'elles consiste à limiter le chauffage dans les bureaux, les habitations et les magasins. Lorsque le niveau de pollution est normal, la température ne doit pas excéder 20 degrés. Lors des pics de pollution, elle doit être abaissée à 18 degrés.

Pour vérifier si les commerçants appliquent la mesure, la police romaine a effectué une trentaine de contrôles dans le centre historique, révèle France Inter. Même si certains commerçants émettent des doutes sur l'utilité de la mesure, ils s'y sont pliés. La fédération des commerçants de Rome est elle aussi sceptique. Selon son président, cette limitation n'est qu'une façade pour montrer que les autorités agissent.

Des mesures identiques à Milan

Les commerçants se plaignent surtout d'avoir perdu de la clientèle lorsque, fin décembre, la circulation automobile a été réduite puis interdite les 28 et 29 décembre de 10 heures à 16 heures. Même si un tarif spécial a été mis en place pour les transports en commun, les Romains ne sont pas allés flâner dans les rues commerçantes.

Mais Rome n'est pas la seule ville italienne frappée par ces nuages de pollution. Milan a elle aussi dû mettre en place une limitation de la circulation et du chauffage. Les autorités ont même interdit les feux d'artifice de fin d'année, qui n'auraient qu'aggravé le niveau de pollution. Selon la mairie, le spectacle pyrotechnique de Nouvel an émet 44 tonnes de particules dangereuses chaque année. Le journal italien Il Mattino a relaté une histoire plus atypique encore: le maire de San Vitaliano, une petite commune située au nord de Naples a interdit la cuisson au feu de bois des pizzas.

C.C.