BFM Business

Plusieurs filiales du groupe Kindy placées en redressement judiciaire

Le tribunal de commerce de Beauvais a décidé de placer 4 filiales du groupe Kindy en redressement judiciaire.

Le tribunal de commerce de Beauvais a décidé de placer 4 filiales du groupe Kindy en redressement judiciaire. - KIndy

Le tribunal de commerce de Beauvais a accordé une période d'observation de six mois à plusieurs entités du groupe Kindy, en difficultés.

Les filiales concernées, "dans l'impossibilité de faire face à l'ensemble de leurs dettes opérationnelles", sont Kindy Bloquert et The Socks Legende, qui fabriquent des chaussettes, ainsi que GBB et Apollo, qui fabriquent des chaussures pour enfant. La société Business Sport Socks (BSS), n'étant pas en état de cessation de paiements, a été placée pour sa part en sauvegarde.

Créé en 1863, Kindy a souffert des délocalisations qui ont frappé le secteur du textile et de la perte de la licence Dim en juin 2014. Les actionnaires du groupe avaient sommé en janvier ses dirigeants de trouver rapidement une solution afin d'éviter de graves problèmes de liquidités.

Le groupe n'a pas trouvé d'investisseur 

Mais le groupe n'a pas trouvé d'investisseur providentiel et sa maison mère, Kindy SA, ainsi que la filiale The Socks Office ont été placées mi-février en procédure de sauvegarde. L'entreprise avait alors prévenu de l'imminence du placement en redressement judiciaire de ses autres filiales. Cette procédure permet la poursuite de l'activité de l'entreprise, l'apurement de ses dettes et le maintien de l'emploi pendant une période d'observation. 

Elle peut se solder par la mise en place d'un plan de redressement, la cessation partielle ou totale de l'activité, l'ouverture d'une liquidation judiciaire ou la clôture de la procédure s'il apparaît que le débiteur dispose de sommes suffisantes pour indemniser les créanciers et régler les frais.

A.M. avec AFP