BFM Business

Picard va tester les surgelés en distributeur automatique

Le magasin de Levallois où Picard expérimente son "coin repas"

Le magasin de Levallois où Picard expérimente son "coin repas" - Intangibles

Le groupe français va lancer plusieurs innovations, dont des "coins repas" dans ses enseignes et des distributeurs dans des entreprises. Picard prévoit aussi d'ouvrir trois magasins au Japon et de prendre ses marques au Royaume-Uni.

Picard veut redonner du carburant à sa croissance. Sur l'exercice 2015-2016, le spécialiste des surgelés a fait progresser son chiffre d'affaires de 1,9% à 1,4 milliards d'euros. Une croissance pour le moins modeste quand on la compare à celle de Thiriet qui entre 2014 et 2015 a augmenté ses revenus de près de 12%, à 257 millions d'euros.

Du coup, l'enseigne plus que centenaire multiplie les innovations et cherche de nouveaux marchés. Picard s'apprête ainsi à lancer toute une série d'innovations.

Le "coin repas" de l'enseigne de  Levallois
Le "coin repas" de l'enseigne de Levallois © Intangibles

Plats en distributeurs

Picard va notamment lancer des "coins repas" dans deux magasins. "Il s'agira d'un espace dans lequel les gens pourront déjeuner après avoir acheté leurs produits", explique un porte-parole du groupe. L'expérimentation sera lancée le 26 novembre prochain dans l'enseigne de la rue Vaugirard à Paris. Le deuxième magasin concerné, à Levallois-Perret testera le concept à partir du 12 décembre. Il sera, lui, doté d'un petit espace supplémentaire, où les clients pourront acheter des soupes et des croissants. Cet espace restauration sera évidemment équipé de fours micro-ondes.

Autre expérimentation: Picard va installer des distributeurs automatiques de plats surgelés dans des entreprises et des résidences universitaires. Une douzaine de produits seront proposés dont deux desserts. L'idée est notamment de viser "les immenses tours dans lesquels il y a énormément de collaborateurs mais pas forcément de cantines faciles d'accès", ajoute le porte-parole du groupe.

Par ailleurs, Picard va développer son rayon vin. Comme l'avait révélé LSA en avril dernier, le groupe a introduit plusieurs références dans 10 magasins à titre d'expérimentation. Un test positif. Picard a donc décidé de vendre dans une centaine de magasins une gamme de neufs appellations ( six rouges dont trois bio, deux blancs et un champagne). Avec comme objectif de vendre 130.000 bouteilles par an.

La cap sur Tokyo

Toujours pour renforcer sa croissance, la direction souhaiterait négocier pour pouvoir fermer ses magasins à 20h30 (et non plus 20h00). En effet, dans la plupart des grandes villes, les citadins ont tendance à acheter leur repas du soir juste avant de dîner. Du coup "15% des achats sont réalisés entre 19 et 20 heures, c'est un phénomène typique de grandes villes", explique le porte-parole. "Si on arrive à gagner une demi-heure on sait que ce sera hyper performant", ajoute-t-il.

La croissance passe aussi par les ventes internationales. Picard va ainsi ouvrir trois magasins en nom propre à Tokyo, presque deux ans après avoir déjà mis un pied au pays du soleil levant en signant un accord de franchise avec le géant Aeon. 200 produits seront proposés dans des magasins (nécessairement) de petite taille, en raison du manque de foncier disponible dans la capitale nippone.

Dans la même veine, Picard a signé un partenariat avec le supermarché britannique en ligne Ocado afin de proposer au Royaume-Uni une gamme de 38 produits. Une première étape avant, peut-être, d'ouvrir un jour un magasin à Londres.