BFM Business

Oeufs contaminés: des pâtes made in France sorties des rayons

Les premiers ovoproduits "made in France" sont apparus ce mercredi dans la liste des produits concernés par le scandale des oeufs contaminés.

Les premiers ovoproduits "made in France" sont apparus ce mercredi dans la liste des produits concernés par le scandale des oeufs contaminés. - Philippe Huguen - AFP

Des pâtes de fabrication française contenant des œufs contaminés au fipronil ont fait ce mercredi leur apparition sur la liste des produits concernés par le scandale. Jusqu'à présent, aucun produit "made in France" n'y figurait.

Jusqu'à présent, les ovoproduits concernés en France par le scandale des oeufs contaminés étaient tous de fabrication étrangère. Ce mercredi matin, pour la première fois depuis l'éclatement de l'affaire, des produits "made in France" ont fait leur apparition dans la liste des produits contenant des traces de fipronil vendus en France. Il s'agit de quatre références de pâtes fabriquées en France avec des oeufs belges ou néerlandais.

En l'occurrence, trois références de pâtes de marque "Grand-mère" (groupe Heimburger), une marque de pâtes de marque "Nos régions ont du talent" (groupe Leclerc) et des pommes dauphines de marque "Système U" ont été ajoutées à la liste disponible sur le site du ministère de l'Agriculture.

Ce sont les premiers produits fabriqués en France à être inscrits sur cette liste qui ne comptait jusqu'ici que des produits directement importés d'usines néerlandaises ou belges, principalement des gaufres.

Un scandale sanitaire qui touche 17 pays

Les produits listés ci-dessus sont retirés du marché car ils contiennent du fipronil à une concentration supérieure à la limite réglementaire, mais ils ne présentent toutefois "pas de risques pour la santé", souligne le ministère qui précise qu'ils sont listés dans un souci d'information du consommateur. Cette liste est évolutive: elle sera complétée au fur et à mesure des confirmations de la présence de fipronil dans des produits au-dessus de la limite autorisée, assure encore le ministère.

L'utilisation de cet insecticide interdit en Europe sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et dans le Pas-de-Calais a causé un scandale sanitaire qui touche désormais au moins 17 pays européens.

N.G. avec AFP