BFM Business

Monoprix se met à dos les buralistes en vendant du tabac dans une gare

Profitant du statut dérogatoire des gares, une supérette du groupe Monoprix vend, depuis cet été, des cigarettes aux voyageurs au départ ou à l'arrivée d'Épinal. Les buralistes ont manifesté ce 1er août devant ce point de vente. Monoprix se défend de toute ambition nationale.

Monoprix s'est clairement mis à dos la corporation des buralistes. En ouvrant un magasin d'à peine 100 mètres carrés en gare d'Épinal, le distributeur a déclenché l'ire des débitants de tabac déjà fragilisés par l'explosion de la revente illicite de cigarettes achetées à l'étranger.

Cette supérette opérant sous la marque Monop'station remplace un relais tabac-presse (à l'enseigne Relay) et une croissanterie. Et outre des produits alimentaires et non-alimentaires, elle commercialise du... tabac auprès des voyageurs en transit ou des clients en panne de cigarettes.

Rien d'illicite, a priori, dans ce commerce de tabac. Attributaire depuis le printemps 2016, pour le compte de la SNCF, d'un espace de vente située dans une gare, la boutique bénéficie du régime légal dérogatoire propre aux espaces concédés dans le secteur du transport. Sur ces zones, la loi française autorise l'existence de bureaux de tabacs "spéciaux" (cf encadré ci-dessous) que sont déjà les centaines de points de vente Relay, installés dans les gares et les aéroports.

Les buralistes ont manifesté devant la supérette incriminée

Mais dans le cas de l'enseigne Monop'station, c'est son appartenance au secteur de la grande distribution qui irritent les buralistes. "Il s’agit là d’une première, car jamais jusqu’alors une grande surface, dont fait partie le groupe Monoprix, n’avait été autorisée à commercialiser du tabac", explique la présidente des buralistes vosgiens dans le journal local Vosges Matin, Catherine Marcel. En signe de protestation, une manifestation de buralistes vosgiens s'est tenue ce lundi 1er août en cours d'après-midi, devant la gare d’Épinal où est implanté le commerce incriminé.

Une porte-parole du groupe Monoprix a souligné qu'il n'était pas question de "faire entrer le tabac dans la grande distribution", et que le groupe n'avait "en aucun cas créé un nouveau point de vente de tabac".

La préfecture a donné son agrément à Monoprix

"Conformément à la procédure, nous avons demandé à la préfecture et aux douanes de nous accorder l'agrément nous autorisant à vendre du tabac comme le faisait la boutique Relay, et il nous a été accordé", a expliqué cette porte-parole, Marion Denonfoux.

Selon Monoprix, la préfecture a estimé qu'il n'y avait pas de buralistes à proximité de la gare et qu'il s'agissait donc "d'un service rendu à la population".

Le courroux des buralistes est aussi nourri par le fait qu'ils ne sont pas autorisés à ouvrir un débit de tabac dans les galeries marchandes des centres commerciaux, en raison des flux et du risque d’incitation à la consommation de tabac. L'affaire du Monop'station d'Épinal n'est en fait que le révélateur d'une profession aux abois, alors que marché parallèle du tabac atteindrait déjà 27,1 % de la consommation nationale....

La vente au détail de tabac : un monopole et des dérogations

La revente des tabacs est un monopole confié à l'administration des douanes et droits indirects qui l'exerce par l'intermédiaire des débitants de tabac et des revendeurs, tenus de s'approvisionner exclusivement auprès des débitants. Dans certains cas, la loi française, selon un décret de 2010, autorise l'activité de débits de tabacs "spéciaux" lorsqu'ils sont implantés sur le domaine public concédé dans les transports : autoroutes, aéroports et gares. C'est le cas des points de vente à l'enseigne Relay qui vendent déjà du tabac dans les gares ou les aéroports.

En remportant l'appel d'offres de la SNCF pour la gare d'Épinal, l'enseigne Monop'Station du groupe Monoprix, créée en 2011 pour concurrencer Relay dans les gares, a décidé de vendre aussi bien de l'alimentaire que des produits du quotidien en dépannage, de la presse et du… tabac. Ce point de vente bénéficie de la réglementation qui prévoit que la gérance d'un débit de tabac spécial peut être attribuée au titulaire exclusif d'un contrat de concession d'occupation d'un emplacement du domaine public.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco