BFM Business

McDonald's réclame 18 millions d'euros à la ville de Florence

Bras de fer entre Florence et McDonald's

Bras de fer entre Florence et McDonald's - Angardt - Wikimedia Commons - CC

Le groupe américain reproche à la ville de ne pas l'avoir autorisé à ouvrir un restaurant à quelques pas de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Il considère que ce refus est "discriminatoire".

Il y a de la friture sur la ligne entre la ville de Florence et McDonald's. Le géant américain attaque ainsi en justice la capitale toscane, lui réclamant 20 millions de dollars soit environ 18 millions d'euros, rapporte le Wall Street Journal.

En cause, le projet du géant américain qui compte ouvrir un restaurant sur la Piazza del Duomo, à quelques jets de pierre de la magnifique cathédrale de la ville, la Santa Maria del Fiore, dont le dôme a été réalisé par le célèbre architecte Filippo Brunelleschi.

Ce projet, dévoilé au printemps dernier, avait suscité une vague d'indignation de la part des Florentins. 24.000 d'entre eux avaient ainsi signé une pétition en ligne pour bloquer ce projet.

Des efforts en vain

Pour convaincre la municipalité, mais aussi se mettre en règle avec une nouvelle loi locale passée en janvier dernier, McDonald's a tenté de limiter au maximum l'aspect intrusif de son restaurant, rapporte le Wall Street Journal. Pas de menu à emporter, 80% d'ingrédients locaux (y compris des tonnes de Chianina, une race bovine qui fait la fierté des Toscans), une devanture de restaurant atypique, qui ne conserverait que le "M" du logo McDonald's et rien d'autre…. Rien n'y a fait. Le groupe américain n'a pas obtenu le feu vert.

Un refus que digère mal McDonald's. D'où l'action en justice du groupe contre la mairie florentine. Le géant américain affirme comprendre la volonté de la municipalité de protéger son patrimoine historique. Mais il considère que le rejet est discriminatoire et mine "la liberté d'initiative privée".

"Ce n'est pas un rejet en bloc de McDonald's, simplement un refus qui porte sur ce seul et unique projet", se défend Giovanni Bertrand, le directeur de la division tourisme et développement économique à la mairie de Florence, cité par le Wall Street Journal. Le bras de fer continue donc entre le géant du fast-food et la ville-musée. 

J.M.