BFM Business

Les ventes de substituts nicotiniques explosent

-

- - Stéphane de Sakutin- AFP

Depuis septembre, plus de 300.000 Français en achètent chaque mois pour les aider à arrêter de fumer. Un chiffre record qui s'explique par leur prise en charge totale par l'Assurance maladie.

Patches, inhalateurs, gommes à mâcher, pastilles à sucer…les rayons des pharmacies sont remplis de substituts nicotiniques destinées à accompagner le sevrage du tabac. Leurs ventes explosent: plus de 300.000 Français en achètent chaque mois depuis septembre, révèle France Info.

"C'est un record, on n'avait jamais eu un nombre aussi élevé de personnes bénéficiant d'un traitement d'aide à l'arrêt", indique Aurélie Lermennier-Jeannet, de l'Observatoire des drogues et toxicomanies.

Un succès qui s'explique par un nouveau système de prise en charge des substituts nicotiniques par l'assurance maladie. Auparavant, il existait un forfait d'aide au sevrage tabagique de 150 euros par an. Depuis le mois de mai, il existe une liste de ces produits remboursables à hauteur de 65% (le reste étant pris en charge par les mutuelles), qui concerne près de 40% des patches ou gommes à mâcher présents sur le marché par la Sécu et qui s'élargira à 100% des substituts le 1er janvier.

Un plan national de lutte contre le tabac

Ils doivent faire d'objet d'une prescription médicale, et d'une ordonnance consacrée exclusivement à ces produits. Les substituts inscrits sur la liste des produits remboursables bénéficient du tiers payant. Ce changement a conduit à une augmentation de 66% du nombre des ordonnances par rapport à l'année dernière. 

La France compte plus de 13 millions de fumeurs quotidiens de tabac, soit près 28,7 % des personnes dans la tranche des 15-75 ans. Le tabac est responsable de plus de 73 000 décès par an. Le gouvernement a mis en place un plan national de lutte contre le tabac, qui bénéficie de 100 millions d'euros, afin de construire une génération sans tabac d'ici 15 ans. L'accompagnement des fumeurs vers le sevrage en fait partie, tout comme l'augmentation du prix de paquet de cigarettes, qui devrait coûter 10 euros d'ici novembre 2020.

C.C.