BFM Business

Les produits surgelés, grands gagnants de l'année 2020 (et 2021?)

Des légumes surgelés

Des légumes surgelés - Pixabay License

Du côté des chaînes spécialisées ou des grands distributeurs, le surgelé a été plébiscité par les Français. Et l'engouement pourrait durer, après des années moribondes. 

Chaque crise est aussi une opportunité. Cet adage, le secteur de l'agroalimentaire a pu largement le confirmer. Avec les différents confinements et la fermeture des magasins "non essentiels" (à commencer par les restaurants), les Français se sont rués dans grande distribution qui sort d'une année record. Et ils ne sont pas les seuls. Le grand "vainqueur" de cette crise sanitaire, c'est bien le surgelé qui a connu des résultats exceptionnels. 

Premier à en profiter, le leader, Picard, qui a encore engendré 500.000 nouveaux clients cette année, à la grande satisfaction de sa nouvelle patronne Cathy ­Collart-Geiger, en place depuis juin dernier.

En réalité, c'est toute la chaîne du froid qui a affiché une impressionnante croissance. Le challenger Thiriet peut ainsi se targuer d'avoir explosé les compteurs, avec une progression de près de 30% du chiffre d'affaires qui passe ainsi de 400 millions d'euros à plus de 500 millions d'euros.  

Nous avons enregistré des progressions de chiffre d’affaires de +104% en livraison à domicile et +245% en click and collect et consignes" se félicite sa directrice générale Christiane Bertoncini. 

Du côté de la grande distribution, le bilan est aussi au vert vif. "Nous avons enregistré une croissance à deux chiffres sur le surgelé" annonce, par exemple Carrefour.  

Alignement des planètes

Comment expliquer un tel engouement? D'une certaine façon, le secteur a profité d'un alignement des planètes. Le premier confinement a entraîné une vague d'achat sur les produits qui pouvaient se conserver facilement, dont les surgelés. Après des années de recul, le marché des produits surgelés avait vu, en mars et avril, ses ventes bondir de près de 30% en valeur, selon une étude du panéliste Nielsen.  

Lors du premier confinement, ce sont les produits bruts, qu’il s’agisse des légumes, des produits de la mer ou des viandes/volailles qui ont connu des accélérations de ventes totalement inédites de l’ordre de +200% dans certains cas", souligne Christiane Bertoncini de Thiriet.

Les enfants étant davantage présents à la maison, la viande hachée, les poissons panés et le pain ont connu un vrai succès.  

Rebelote en novembre dernier, juste avant le second confinement où les congélateurs se sont de nouveau remplis. Entre temps, les beaux jours et le déconfinement ont entrainé une ruée vers les glaces avec, là encore, des scores impressionnants (+200% chez Thiriet). 

Dernier pic, celui des fêtes de fin d'année. Après une annus horribilis, les Français ont choisi de se faire plaisir, en témoignent les achats de foie gras, saumon et champagne en hausse cette année. Les produits surgelés, et principalement les produits traiteurs ont aussi été à la fête. 

Optimisme

Les Français se sont-ils réconciliés avec le surgelé? Ces dernières années, les ventes reculaient lentement mais sûrement, notamment avec le désengagement de certaines grandes marques, sans compter le scandale de la viande de cheval dans des lasagnes Findus ou de marques de distributeur, en 2013, qui a laissé des traces. 

Chez les spécialisés, l'optimiste est, en tout cas de retour. Picard multiplie depuis la rentrée les nouveaux services. Dernier en date: la livraison à domicile dans toute la France via Chronofresh - une filiale de Chronopost - et même, la livraison express avec des livreurs Deliveroo. "C'est seulement un test" prévient-on chez Picard. Le test débute cette semaine dans trois magasins parisiens avant d'être étendu la semaine prochaine dans 17 magasins parisiens et franciliens.

Chez Thiriet, on veut jouer la carte du Made in France pour séduire. "Nous axons tous nos efforts sur la stratégie de fidélisation des près de 400.000 nouveaux clients qui ont découvert notre marque et notre savoir-faire en pleine période de crise" estime de son côté Christiane Bertoncini. La bataille du froid est relancée. 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business