BFM Business

Les Français profitent à fond du relèvement du plafond des titres restaurants

Sur BFM Business, Bertrand Dumazy, PDG du leader mondial des solutions de paiements professionnels explique que chaque client dépense 50% de plus grâce à cette mesure.

Dans l'arsenal d'outils pour relancer l'activité dans des secteurs sinistrés par le confinement du au covid, le passage à 38 euros du plafond des titres restaurants depuis le 10 juin (et jusqu'à la fin de l'année) a-t-il été efficace?

Rappelons que ce nouveau plafond n'est utilisable que dans les restaurants, les hôtels-restaurants et les débits de boissons assimilés.

Pour Bertrand Dumazy, PDG d'Edenred qui opère les titres Tickets Restaurant, il s'agit "d'une très bonne mesure". Le doublement du plafond a procuré un ballon d'oxygène aux restaurateurs qui ont dû fermer leurs portes pendant plus de deux mois.

Une mesure qui "fonctionne, puisque depuis que quand cela a été mis en place, en France, le ticket moyen est passé de 14 euros à 21 euros, c'est-à-dire que chaque Français utilisateur de Ticket Restaurant dépense 50% de plus chaque fois qu'il va au restaurant".

"Champion de l'argent fléché"

Le titre restaurant est donc devenu un outil de relance: "là on parle de la restauration mais on pourrait parler du tourisme", ajoute le dirigeant.

Et d'expliquer un projet piloter par son entreprise en Grèce: "par exemple en Grèce, le gouvernement a décidé de lancer un chèque vacances (...) c'est une incitation pour les Grecs d'aller dépenser de l'argent dans le tourisme grec. Et en fait ça, c'est la raison d'être d'Edenred puisqu'on est le champion du monde de l'argent fléché, vous savez d'où vient l'argent et où va l'argent".

Résultat, malgré le confinement et la fermeture de nombreux commerces de bouche, Edenred a résisté financièrement au premier semestre avec une baisse "tout à fait modeste de notre chiffre d'affaires puisque nous sommes aux alentours de -4% donc c'est une grande résilience", insiste Bertrand Dumazy.

Olivier Chicheportiche