BFM Business

Les Français durs d'oreille bientôt fous d'Afflelou?

Pour Alain Afflelou, si les objectifs initiaux laissant supposer un développement plus rapide n’ont pu se réaliser, l’unique raison est le manque d’audioprothésistes diplômés.

Pour Alain Afflelou, si les objectifs initiaux laissant supposer un développement plus rapide n’ont pu se réaliser, l’unique raison est le manque d’audioprothésistes diplômés. - Eric Piermont-AFP

"L'homme d'affaires dénonce le malthusianisme d'une profession qui restreint le nombre d'audioprothésistes diplômés. Pour séduire les Français qui hésitent à investir pour compenser leur handicap, il leur propose de payer ses prothèses audio en 48 mois."

Le nouveau combat d'Alain Afflelou a pour terrain le marché des prothèses auditives. Entré sur ce marché il y a quatre ans, le lunettier déplore le corporatisme de la profession des audio-prothésistes qui freine l'essor de cette activité.

"Il y a un problème énorme sur ce marché. Il n'y a pas assez de diplômés qui sortent des écoles. Ce n'est pas officiellement un numerus clausus mais cela revient au même. On n'a pas le droit d'avoir plus d'audioprothésistes par an. C'est dommage. Il y aurait la place pour créer 2.000 centre audio supplémentaires. Avec davantage de concurrence, on pourrait se battre plus sur les prix. Mais la profession est encore organisée de manière archaïque" explique Alain Afflelou sur l'antenne de BFMbusiness.

Son constat est partagé aussi bien par l'UFC-Que Choisir que par l'Autorité de la concurrence qui a lancé une enquête en vue d'établir des recommandations pour améliorer la concurrence sur ce marché.

L'homme d'affaires vise 160 centres audio en 2016

Freiné dans son essor par ce malthusianisme sur les diplômés, l'homme d'affaires n'a pu réaliser ses objectifs initiaux, qui supposaient un développement plus rapide.

Sur un marché largement dominé par le réseau de ventes Audika, l'enseigne Alain Afflelou Acousticien comptait quand même 127 centres en France et 30 en Espagne, essentiellement en franchise. Ces nombres incluent des centres exclusifs et des corners audio implantés dans les magasins d’optique existants du réseau. L'objectif du groupe est d'atteindre 160 centres en 2016 en France.

En attendant que la situation du nombre de diplômés audioprothésistes se débloque, l'opticien décline la formule commerciale qui a fait son succès dans les lunettes: une formule d'abonnement mensuel (à 39 euros) lissant sur 48 mois la lourde dépense liée à des prothèses auditives. Il s’agit de sa troisième offre commerciale, après Tchin-Tchin (la deuxième prothèse auditive pour un euro) et Nextyear (paiement étalé sur 12 mois sans intérêt ni frais de dossier).

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco