BFM Business

Les Douanes intensifient la lutte contre l'importation illégale de tabac

Les Douanes ont saisi 507 tonnes de tabac.

Les Douanes ont saisi 507 tonnes de tabac. - Joel Saget - AFP

Au premier semestre, les Douanes ont saisi plus de 500 tonnes de tabac, soit plus que sur toute l'année 2014. Un résultat qui s'explique par une augmentation des démantèlement de réseaux internationaux.

Le tabac est dans la ligne de mire des Douanes. Quelque 507 tonnes de tabac ont été saisies par les douanes au cours du premier semestre 2015, soit davantage que pendant toute l'année 2014, a indiqué mercredi le ministère des Finances.

"En 2014, près de 423 tonnes de tabac ont été saisies par la Direction générale des douanes et droits indirects. Au seul premier semestre 2015, ce ne sont pas moins de 507 tonnes qui ont été saisies", a annoncé le secrétariat d'Etat au Budget, dans un communiqué publié à l'occasion d'un déplacement de Christian Eckert à l'aéroport de Roissy.

Un résultat sans précédent

"Ce résultat sans précédent s'explique en grande partie par une augmentation des démantèlements de réseaux internationaux grâce à la coopération entre la douane française et les services douaniers à l'étranger", a-t-il souligné. "La lutte contre les marchés parallèles de tabac, enjeu majeur en termes de santé publique et de préservation des recettes de financement de la sécurité sociale, constitue l'un des objectifs prioritaires assignés par le Gouvernement à la Douane, qu'il s'agisse de trafics à grande échelle (réseaux internationaux) ou de trafic fourmi, ces importations de petites quantités par des particuliers", selon le communiqué.

Depuis le 1er janvier, l'achat de tabac à distance (sur internet) est interdit, quelle que soit la quantité ou la provenance. Les buralistes français dénoncent régulièrement ce qu'ils qualifient d'explosion du marché parallèle, dû aux différences de prix entre les pays européens et le développement de la vente par internet. Plus d'un quart (26,3%) des cigarettes consommées en France n'ont pas été vendues par les débitants de tabac, selon une étude réalisée en 2014 par KPMG.

D. L. avec AFP