BFM Business

Les dépenses de santé ont marqué le pas en 2012

La fièvre des dépenses de santé retombe

La fièvre des dépenses de santé retombe - -

Les remboursements des soins n’ont progressé que de 0,5% sur les onze premiers mois de 2012, selon l’Assurance-maladie. Les dépenses de médicaments et d’arrêt de travail sont même en recul.

Le déficit abyssal de la Sécurité sociale commercerait-il tout doucement à se résorber ? Les chiffres, publiés mardi 8 janvier par l’Assurance-maladie, montrent en effet un recul des dépenses de santé.

Sur les onze premiers mois de 2012, les remboursements de soins de ville du régime général sont quasiment stables, avec une légère progression de 0,5%.

Des postes sont d’ailleurs en recul. Tout d’abord, les dépenses de médicaments se replient de 0,8%, "l’augmentation de la délivrance de médicaments génériques a un impact sensible depuis quatre mois", explique dans son communiqué l’Assurance-maladie. 

Les remboursements de soins de médecins et dentistes sont stables sur les onze premiers mois de l’année par rapport à la même période de l’année précédente. Ensuite, les dépenses d’arrêt de travail baissent de 1,6% "du fait, notamment, de la modification des règles de calcul intervenues dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2012". Enfin, les dépenses d’analyses médicales diminuent de 2% à fin octobre, sous l’effet des baisses tarifaires.

Néanmoins, ces chiffres sont à nuancer. Si l'on se réfère aux dates des soins facturés, qui reflètent mieux l'évolution de la consommation que les dates de remboursement, la hausse des dépenses pour l’ensemble des soins de ville atteint 1,8% à fin septembre.

De plus, il faut encore prendre en compte les 450 millions d'euros de primes pour les médecins qui auront atteint des objectifs de santé publique et de maîtrise des prescriptions.

Diane Lacaze