BFM Business

Le patron d'Haribo est décédé

6.000 personnes travaillent à la fabrication des bonbons Haribo.

6.000 personnes travaillent à la fabrication des bonbons Haribo. - -

Hans Riegel junior, le patron du numéro un européen du bonbon, est mort ce mardi 15 octobre, à l'âge de 90 ans. Il avait permis au groupe de jouir d'une réputation mondiale.

Les oursons en gelatine et les fraises tagada sont de nouveau orphelins. Hans Riegel junior, le patron du numéro un européen du bonbon, Haribo, est décédé, ce mardi 15 octobre, à l'âge de 90 ans.

C'est ce qu'a annoncé un porte-parole du groupe cité par l'agence de presse allemande DPA. Fils du fondateur d'Haribo, Hans Riegel, il souffrait d'une tumeur au cerveau dont il a été opéré au cours de l'été. Il partageait depuis 2010 avec deux de ses neveux, Hans-Guido et Hans-Arndt, la direction du groupe, où il avait gardé la haute main sur le service marketing.

1,8 milliard d'euros de chiffre d'affaires

Handelsblatt, le journal économique d'outre-Rhin le plus connu, estime qu'il s'agit "d'un des entrepreneurs allemands les plus importants de l'après-guerre". Sa fortune est estimée par Forbes à près de 3 milliards de dollars. Il avait pris les rênes de l'entreprise en 1946 avec son frère Paul, décédé en 2009, alors qu'elle ne comptait qu'une trentaine d'employés, contre 6.000 aujourd'hui.

Son père avait fondé en 1920 cette entreprise en se basant sur son nom ainsi que sur le lieu d'origine de l'entreprise, Bonn. HA-RI-BO est ainsi la contraction de "Hans-Riegel-Bonn". Le slogan de la société est connu de le monde entier: "Haribo macht Kinder froh und Erwachsene ebenso", traduit en français par "Haribo c'est beau la vie, pour les grands et les petits".

Haribo représente aujourd'hui un chiffre d'affaires estimé à 1,8 milliard d'euros, la société ne communiquant pas sur ses résutats financiers. L'entreprise possède notamment 15 sites de production en Europe dont deux en France, à Marseille et à Uzès, dans le Gard. Dans cette dernière ville se trouve un musée consacré à l'histoire de l'entreprise.

Julien Marion