BFM Business

Le Nutri-Score va débarquer dans les cantines d'entreprises

Une cantine d'entreprise (illustration).

Une cantine d'entreprise (illustration). - TOBIAS SCHWARZ / AFP

Ce système de notation des qualités nutritionnelles des aliments, qu’on voit désormais partout dans les supermarchés, débarque dans la restauration d’entreprises. Elior va afficher le Nutri-Score de ses repas dès 2020.

Le groupe Elior commencera dès 2020 à afficher la qualité nutritionnelle des repas servis dans les restaurants d'entreprises de ses clients, grâce au Nutri-Score, une première dans la restauration collective, a annoncé mardi son directeur général Philippe Guillemot.

Une expérimentation dans deux premiers restaurants d'entreprise parisiens -dont le nom n'est pas encore divulgué- servant plus de 200 couverts, commencera en janvier 2020 pour plusieurs mois, avant d'être étendue progressivement dans d'autres sites exploités par Elior en France, a précisé un porte-parole.

"Mettre en place le Nutri-Score dans la restauration collective est beaucoup plus difficile que dans l'agroalimentaire où il est déjà bien présent, car c'est un monde plus variable et la même recette, selon comment elle est préparée, peut être bien ou mal notée", a déclaré Philippe Guillemot dans un entretien à l'AFP et au Parisien. "C'est pourquoi nous travaillons avec le professeur Serge Hercberg, président du programme national nutrition santé, dont les travaux ont permis de créer le Nutri-Score, à l'adaptation de son algorithme", a-t-il poursuivi.

Déployé sur près de 200 marques, notamment en supermarchés, le Nutri-Score n'a encore jamais été appliqué au secteur de la restauration collective, souligne Elior, qui gère 2.100 restaurants d'entreprises en France.

Des enquêtes sur les choix des consommateurs

Le Nutri-Score sera affiché devant chaque entrée, plat et dessert, puis des enquêtes seront réalisées auprès des consommateurs, pour observer leurs choix. Le groupe dit vouloir évaluer à terme l'ensemble de ses recettes, pour offrir "la possibilité à chacun de choisir son repas en fonction de la qualité nutritionnelle des aliments et du mode de préparation".

"Dans un premier temps, nous évaluerons nos milliers de recettes actuelles, puis nous en créerons de nouvelles qui viseront la meilleure note possible. Mais bien se nourrir ce n'est pas non plus manger qu'un repas noté "A" ou "B" tous les jours, la dimension plaisir est aussi très importante", estime Philippe Guillemot. "Il faut arriver à concilier la dimension plaisir avec une alimentation saine. S'il est bien préparé, un cassoulet peut être assez bien noté", explique-t-il.

Le Professeur Hercberg juge "important" d'élargir à la restauration collective l'utilisation du Nutri-Score, "un outil de santé publique utile et très efficace", affirme-t-il, cité dans un communiqué d'Elior.

Elior revendique la place de "leader de la restauration collective en France, présent également en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Inde", avec plus de 5 millions de repas servis chaque jour dans le monde.

N.G. avec AFP