BFM Business

Le marché des ampoules électriques en pleine évolution

Les Leds sont encore peu présente dans les foyers français.

Les Leds sont encore peu présente dans les foyers français. - -

Les dernières ampoules à incandescence tirent leur révérence le 31 décembre. Si les halogènes ont jusqu’à présent profité de ce retrait, l’avenir semble plutôt favoriser les Led.

Leur fin a été programmée par le Grenelle de l’environnement en 2008. Les ampoules à incandescence sont définitivement hors circuit à partir du 31 décembre, avec le retrait des derniers modèles encore en vente, ceux de 25 w.

En 5 ans, le marché a connu une profonde évolution : en 2007, 45 % des ampoules vendues au du grand public étaient à filament. En 2012, celles-ci ne représentaient plus que 10 % du chiffre d’affaires du secteur. Dans le même temps, le marché est passé de 288 millions à 422 millions d’euros, selon une étude publiée en novembre par le cabinet GFK.

Car si les ampoules à incandescence étaient vendues à un faible prix, ce n’est pas le cas des technologies d’éclairage de remplacement. Les ampoules fluocompactes, dites à basse consommation, sont environ 3 fois plus chères que les modèles classiques.Mais pour le consommateur, leur adoption ne serait pas si onéreuse, grâce à une durée de vie plus longue et une consommation d’électricité réduite.

Selon Recyclum, le consortium en charge de leur recyclage, le remplacement permettrait même au final de dégager 88 euros, soit plus de 2 ans d’éclairage gratuit. Mais les utilisateurs leur reprochent bien souvent leur rendu lumineux médiocre et une lenteur à l’allumage.

Les halogènes, une technologie de transition

Des défauts qui expliquent peut-être pourquoi les basses consommations peinent à s’imposer sur le marché de l’éclairage. En 2007, elles représentaient 34 % du chiffre d’affaires. En 2012 elles ont tout juste gagné 2%. Tandis que l’halogène en profitait pour plus que doubler son chiffre d’affaires et atteindre 46 %.

Ce qui ne va pas dans le sens de la préservation de l’environnement, puisque les modèles les plus efficaces ne permettent de réaliser que 30% d’économie d’énergie par rapport aux incandescentes. Leur durée de vie est aussi plus courte que les fluocompactes, ce qui génèrent davantage de déchets.

Mais les fabricants d’ampoule ont une autre carte à jouer, celle des diodes électroluminescentes (Led). Cette technologie est encore peu adoptée pour l’éclairage des particuliers, elle ne représente que 8 % du chiffre d’affaires des ampoules. Leurs prix élevé et leur faible rendement lumineux les ont jusqu’à présent pénalisé. Mais les géants du secteur que sont Phillips et Osram (filiale de Siemens) y croient. Ils tablent sur un marché de 13,5 milliards d’euros par an.

Coralie Cathelinais