BFM Business

Le groupe Galeries Lafayette négocie un prêt garanti par l'Etat de 300 millions d'euros

Invité de BFM Business, Nicolas Houzé, directeur général du groupe de grands magasins, explique que ce prêt garanti par l'Etat est complexe à mettre en place.

Avec deux mois et demi de fermeture et un manque à gagner qui sera supérieur à 1 milliard d'euros, le groupe Galeries Lafayette est en quête d'argent frais. Il a donc sollicité ses banques afin d'obtenir un prêt garanti par l'Etat (PGE). Mais selon son directeur général Nicolas Houzé, la procédure prend du temps.

"C'est vrai que c'est un process qui est assez compliqué", explique-t-il ce lundi sur BFM Business. "On est une entreprise qui est à la fois familiale et de taille raisonnable mais qui est de grosse taille. Donc le PGE qu'on demande est de plusieurs centaines de millions d'euros, (...) autour de 300 millions d'euros. Et on demande à plusieurs banques, un pool bancaire. Et donc il faut maintenant négocier pied à pied avec chacune d'entre elles les conditions d'obtention".

Et de poursuivre: "on est en train de le finaliser mais c'est vrai qu'on est début juin... C'est une longue discussion. On doit en parallèle mener à la fois une discussion avec Bercy et l'obtention de leur accord. On est une entreprise qui fait plus d'1,5 milliard de chiffre d'affaires donc on a besoin de cet accord". Avant de négocier également avec "les 4 ou 5 ou 6 banques avec lesquelles on va finaliser (...) les conditions".

La négociation autour des taux d'intérêt est le point sensible "qui prend un certain temps". Nicolas Houzé se veut "confiant", estimant "que ça devrait (être) une question de jours pour l'obtenir définitivement".

Olivier Chicheportiche